Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Aujourd'hui à 10:46 par Mila

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Aujourd'hui à 10:28 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Aujourd'hui à 10:22 par Mila

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Aujourd'hui à 10:05 par Mila

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Sam 20 Oct 2018, 19:45 par Mila

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Lun 15 Oct 2018, 11:07 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Mer 10 Oct 2018, 18:53 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Mar 02 Oct 2018, 13:22 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Mar 02 Oct 2018, 10:53 par Mila

» La liberté de pensée
Lun 01 Oct 2018, 18:41 par indian

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Lun 01 Oct 2018, 16:21 par indian

» LeDernierLoup
Lun 01 Oct 2018, 13:18 par indian

» Introduction au bouddhisme d’un point de vue islamique
Lun 01 Oct 2018, 13:13 par indian

» Sentiment & Mort
Lun 01 Oct 2018, 10:58 par Mila

» Comment transmettre au monde contemporain la sagesse du Bouddha
Dim 30 Sep 2018, 22:02 par Disciple laïc

» Seven Wonders of the Buddhist World
Dim 30 Sep 2018, 10:16 par Mila

» VELUDVAREYYA-SUTTA
Sam 29 Sep 2018, 09:45 par Disciple laïc

» L'univers dans un grain de poussière - par le vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 28 Sep 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et Science: La méditation pour guérir: la science s'en mêle
Ven 28 Sep 2018, 20:33 par indian

» Dilgo Khyentsé Rimpoché
Ven 28 Sep 2018, 19:06 par Pema Gyaltshen

» Liste des Bouddhas et Bodhisattvas féminines
Ven 28 Sep 2018, 14:40 par Mila

» Le "crime" d'être homosexuel dans le monde
Jeu 27 Sep 2018, 15:55 par indian

» Sagesse Ou || Non
Jeu 27 Sep 2018, 15:09 par LeDerrnierLoup

» Deux niveaux de lecture
Jeu 27 Sep 2018, 13:58 par indian

» Sentiment à effacer
Jeu 27 Sep 2018, 09:10 par LeDerrnierLoup

» Se libérer des quatre attachements
Jeu 27 Sep 2018, 08:23 par Mila

» Les questions inutiles (CULAMALUNKYA-SUTTA)
Jeu 27 Sep 2018, 08:16 par Disciple laïc

» Ramana Maharshi, un témoignage
Mar 25 Sep 2018, 21:23 par Mila

» L'armée américaine veut tester une théorie folle pour envoyer une fusée dans l'espace sans carburant
Mar 25 Sep 2018, 10:11 par Vyathita

» Education des enfants aux faits religieux
Lun 24 Sep 2018, 20:44 par indian

» Ou est celui qui s'interroge ?
Lun 24 Sep 2018, 20:43 par indian

» Genius of the Ancient World part 1/3 : Buddha
Lun 24 Sep 2018, 13:23 par Disciple laïc

» Les Soi et le Pas-Soi - 1ère et 2ème partie
Lun 24 Sep 2018, 12:14 par Disciple laïc

» L’Institut d’Etudes Bouddhiques – IEB - à Paris
Lun 24 Sep 2018, 12:02 par Disciple laïc

» Dhammapada
Lun 24 Sep 2018, 11:49 par Mila

» Le centre bouddhiste Karma Ling a brûlé
Dim 23 Sep 2018, 18:27 par Ortho

» Sommes nous sûres de comprendre correctement ?
Dim 23 Sep 2018, 13:20 par indian

» Fête du nouvel an thaï au Wat Thammapathip de Moissy-Cramayel, Val de Marne
Dim 23 Sep 2018, 12:26 par Mila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 44 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 44 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97647 messages dans 11242 sujets

Nous avons 4253 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Coala

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7488)
 
Karma Trindal (6896)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2417)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Matthieu Ricard entretien

Partagez
avatar
Invité
Invité

Matthieu Ricard entretien

Message par Invité le Jeu 18 Juin 2015, 13:03

Quand on dit «moine bouddhiste», on a tendance à penser calme olympien régnant entre les parois d’un crâne rasé, tissus orange flottant dans un air immobile et méditation en position du lotus. Une idée reçue que le cas Matthieu Ricard (Le moine et le philosophe, Plaidoyer pour le bonheur…) amène à réviser. Si l’ermite au rayonnement international apparaît bien glabre et drapé, au milieu de la foule du récent Salon du livre, il garde de ses origines françaises une inégalable volubilité. Bolide de la parole, voletant d’une idée à l’autre avec l’agilité d’un curseur, le scientifique devenu chantre de la spiritualité, auteur, traducteur du tibétain, photographe et militant humanitaire se sent aussi à l’aise dans le rassemblement que dans le recueillement. Même si son cœur, lui, ne balance pas. On l’écoute battre.
Fils du philosophe Jean-François Revel et d’une peintre renommée, vous vous êtes d’abord tourné vers une formation de généticien cellulaire. Comment expliquer ce virage?
Je voulais devenir médecin, comme en avant-goût de mes projets humanitaires actuels. Mais mon père, qui prétendait que «tout philosophe rêve d’avoir un fils scientifique», insistait que «la recherche, c’est l’avenir». Donc, avec un certain regret sur le moment, je me suis lancé dans les sciences. Ce que je ne peux plus regretter aujourd’hui, car je sais que, sans ce parcours, je ne serais pas qui je suis. Je ne serais peut-être pas allé en Inde si j’avais fait médecine. Mon second virage, vers la vie spirituelle cette fois, a catastrophé mon père. Mais il a eu la noblesse de ne pas créer de drame, et m’a laissé partir. Ma décision n’était en aucun cas guidée par la rébellion, mais par une inspiration purement constructive. J’ai d’abord terminé mes études, pris congé de mon professeur François Jacob, sans claquer la moindre porte. Ma mère, elle, me soutenait. Et mon père a admis plus tard qu’à 26 ans j’étais «en âge de choisir ce que j’allais faire dans la vie». Je lui suis très reconnaissant pour ça.
PUBLICITÉ
Revel, Jacob, le dalaï-lama, comment se fait-il que vous ayez toujours été entouré de célébrités?
Parmi mes amis, on trouve aussi bien un maître spirituel qu’un charpentier ou un pilote. On est des humains, on essaie de devenir de meilleurs humains, on représente un maître spirituel pour lequel un roi ou un paysan signifient la même chose. Si je suis devenu le traducteur du dalaï-lama, c’est juste que j’ai passé quarante ans sur place à apprendre le tibétain. Mon deuxième maître spirituel, Dilgo Khyentsé Rinpoché, avec qui j’ai écrit L’esprit du Tibet, était l’un des maîtres du dalaï-lama. Je l’accompagnais, on passait des jours ensemble. Par accident, un jour, à Paris, le dalaï-lama avait besoin d’un interprète, je me suis proposé. Il m’a redemandé par la suite, et je suis devenu son traducteur attitré.
Comment avez-vous fixé votre première destination de voyage en Asie?
Ce sont les documentaires d’Arnaud Desjardins qui m’ont décidé. Il était un ami de mes parents, j’ai vu ses films en cours de montage, en 1966. Ça m’a tellement impressionné qu’il a fallu que j’aille voir de mes propres yeux. Je suis donc parti suivre le maître qu’il avait filmé à Darjeeling, Kangyur Rinpoché. Et je suis devenu son disciple pendant sept ans, jusqu’à sa mort.
Vous aviez reçu une éducation religieuse?
Laïque. Totalement. Ma mère était en revanche portée sur l’ésotérisme et le spirituel. Elle s’intéressait aux mystiques, aux hindouistes. A l’adolescence, elle m’a communiqué son goût pour la métaphysique. Mais on ne m’avait transmis aucune pratique, aucune tradition vivante.
Quand même: et dieu dans tout ça? Que trouvez-vous dans le bouddhisme que le christianisme n’offre pas?
Pour le bouddhisme, l’idée d’une cause première ne marche pas. Une cause première qui n’aurait pas de cause elle-même, et qui produirait toutes les causes après elle? Un pur concept, le néant, qui donnerait soudain naissance à la matière? Dieu ne tient pas la route. Le bouddhisme dit simplement que l’univers est sans début – ce qui défie notre imagination – et que les choses n’y sont pas aussi solides qu’elles en ont l’air. On y rejoint en quelque sorte la physique quantique, d’où mon livre L’infini dans la paume de la main, qui interroge l’idée de réalité. Le réaliste pense que les choses existent de manière solide. Le bouddhiste répond qu’il n’y a que des événements, des relations. Les phénomènes se manifestent de manière infinie, tout en étant dénués de solidité intrinsèque. Un peu complexe.
On touche là à la réincarnation?
Il y a un continuum de phénomènes inanimés, sans début et sans fin. En bouddhisme, on dit qu’un million de causes ne pourraient faire venir à l’existence ce qui n’existe pas. A l’inverse, ce qui existe ne peut que se transformer, il ne peut pas devenir néant. Cela vaut autant pour la matière que pour les êtres vivants et la conscience. On assiste à une suite jamais interrompue d’événements conscients. Un flot dynamique de moments de conscience.
Votre défense de l’altruisme passe-t-elle par une vision politique du monde?
Les politiques doivent s’intéresser aux défis du temps présent. C’est-à-dire, en premier lieu, à l’économie et ses inégalités. En Occident, on connaît la crise, mais une crise du superflu: on ne peut pas se payer telle voiture plutôt qu’une autre; ça ne change rien à notre survie. La vraie crise, c’est qu’un Américain émet 200 fois plus de CO2 qu’un Tanzanien, et que le Qatar en émet 2000 fois plus que l’Afghanistan. La vraie crise concerne la consommation excessive des pays riches, qui nuit aux pays pauvres. Ensuite vient la satisfaction de vie. Si un pays riche et puissant produit des gens malheureux, à quoi ça sert? Enfin vient le problème ultime, qui est tout nouveau: le fait que l’humain soit devenu l’acteur principal de l’avenir de la planète. Il nous faut donc un concept unificateur, que les décideurs puissent adopter aussi. Ce concept, c’est d’avoir davantage de considération pour autrui. C’est une économie du tiers, c’est se préoccuper des générations à venir. En un mot, c’est l’altruisme. Elle éclaire la question politique. Qui aura le courage de l’appliquer, quitte à perdre les prochaines élections, c’est ce qui reste à voir.
Comment voyez-vous les cinquante années à venir?
Tout va dépendre de ce genre de décisions. Si un médecin vous dit: «Vous avez une maladie grave, il faut faire une intervention très sérieuse, vous survivrez, mais ça va être pénible», vous le faites au nom de votre survie. Il faut qu’on en vienne à agir de même, aussi bien les politiques que les citoyens, pour préserver l’environnement qu’on laisse aux générations futures.
C’est encore tôt pour y penser, mais que lira-t-on sur votre épitaphe, le jour venu?
Je m’imagine très bien coupé en morceaux pour nourrir les poissons d’une rivière au Népal! Mais s’il fallait reprendre une devise qui résume ma vision des choses, ce serait «se transformer soi-même pour mieux servir les autres».
Vous faites-vous violence en participant à pareilles manifestations urbaines et médiatiques?
Je ne viendrais pas de mon propre chef s’il n’y avait pas à trouver de l’aide pour le Népal ravagé. J’essaie de me rendre utile. Promouvoir mon image, par contre, je m’en fiche complètement. Mais j’ai trop parlé maintenant, j’ai aggravé la pollution.
Hymne à la beauté Matthieu Ricard, Ed. La Martinière, 2015, 200 p. A paraître sous peu, Visages de paix, terres de sérénité. (TDG)
avatar
Invité
Invité

Re: Matthieu Ricard entretien

Message par Invité le Jeu 18 Juin 2015, 16:19

   C'est toujours une joie de lire de sages paroles .

    La date/heure actuelle est Mar 23 Oct 2018, 12:17