Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Les posteurs les plus actifs du mois

Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:30 par manila

» Dhammapada
Hier à 15:43 par vaygas

» Présentation
Lun 26 Juin 2017, 16:10 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Dim 25 Juin 2017, 09:15 par manila

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Stéphane Arguillère
Jeu 22 Juin 2017, 20:12 par manila

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Mer 21 Juin 2017, 17:27 par Admin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 18 Juin 2017, 09:45 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» Présentation
Lun 12 Juin 2017, 15:03 par manila

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Ven 09 Juin 2017, 09:19 par Ortho

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Prensentation
Dim 04 Juin 2017, 21:18 par seve

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Présentation
Dim 28 Mai 2017, 18:24 par vaygas

» Presentations
Dim 28 Mai 2017, 10:20 par Akana

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Ven 26 Mai 2017, 16:16 par Admin

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 27 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92461 messages dans 10769 sujets

Nous avons 4054 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Kitsunetsuki


L'altuisme

Partagez
avatar
Karma Yéshé
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2654
Age : 50
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

L'altuisme

Message par Karma Yéshé le Mar 15 Nov 2011, 05:25


SSDL - LAMRIM - Cheminer vers l'Éveil : L'altruisme.


par Bouddha Bouddhisme Enseignements, jeudi 7 avril 2011, 23:29
.



NIVEAU SUPÉRIEUR DE LA PRATIQUE



« L’altruisme est une source de bonté pour vous et les autres

Le remède qui calme les ennuis

La grande voie vers la sagesse

La nourriture pour tous ceux qui la pratique

Efficace pour faire progresser le bien-être des autres

Grâce à elle, vous atteignez votre plein objectif personnel. »



Tsongkhapa, Grand Traité de la progression vers l’éveil.



Bouddha



Le Bouddha Shakyamuni, qui vécut il y a 2500 ans, est considéré comme un être exemplaire, car il était profondément pénétré par la grande compassion. Son engagement altruiste n’était pas limité à quelques actes de bonté de temps à autre. Il se concentra sur la seule pratique de la grande compassion pour un nombre incalculable d’éons, vie après vie. Une grande sollicitude envers autrui et la pratique d’une sagesse sans faille l’ont libéré des anomalies, doté des qualités exceptionnelles d’un grand maître éveillé, sa renommée est parvenue jusqu’à nous.



D’autres célèbres grands maîtres aux nombreux adeptes comme Moïse, Jésus et Mohammed ont basé leur puissance sur l’altruisme. À travers l’Histoire, les personnes dont la vie nous inspire profondément sont des êtres qui ont choisi de se consacrer à aider les autres. Ils retiennent l’admiration et nous prenons plaisir à lire tout ce qui les concerne. Les biographies des gens dont l’action a été néfaste provoquent effroi et dégoût quand nous les lisons ou dès que nous les évoquons. Ces livres ne parlent pas uniquement du vécu d’êtres humains, ils montrent les différences d’attitudes, leurs motivations à aider ou à nuire. Nous constatons, en parcourant avec objectivité les vies des personnes éminentes de ces trois milles dernières années, que les êtres bienfaisants ont été motivés par l’altruisme, alors que les malfaisants n’ont cherché qu’à nuire autour d’eux.



Une personne peut paraître belle physiquement, mais en lui consacrant du temps, on devine une personnalité peu avenante et notre opinion change. À l’inverse, un individu peu séduisant peut être chaleureux, et nous pensons : « Cette personne est merveilleuse! » La beauté intérieure est la plus remarquable. Certains animaux, comme des êtres humains, ont aussi une belle apparence corporelle. Mais je doute que les bêtes jugent les gens sur leur beauté physique. Ils sentent instinctivement leur caractère, si ceux qui les approchent sont sympathiques ou agressifs. À cet égard, l’animal est parfois plus digne de confiance qu’un humain, qui en fonction de son intérêt du moment est sournois, ou, à l’inverse, facilement trompé.



Je suis d’avis qu’il faut avoir de la bienveillance vis-à-vis d’autrui pour qu’en retour les gens soient gentils avec nous. Les humains dépensent des sommes d’argent invraisemblables pour être physiquement attirants. Et, en comparaison, ils ne consacrent presque rien pour avoir un esprit accueillant. Le recours aux autres est possible pour avoir un corps agréable, mais vous êtes seul à pouvoir générer un esprit altruiste.



Chaleur tibétaine



L’ALTRUISME POUR S’AIDER SOI-MÊME



Tsongkhapa répétait souvent : « Travailler au bien-être des autres est un moyen d’accomplir le sien en suivant la voie. » C’est une vérité profonde : plus votre dévotion au profit des autres est grande, plus, en retour, vous en bénéficierez. Certains apprécient l’altruisme et le louent parfois, mais sans voir son intérêt pour leur propre bien-être. D’autres s’engagent dans une intense dévotion à l’égard des autres, en se sacrifiant, parce qu’ils négligent leur bonheur. Or, il ne faut pas arrêter de se préoccuper de son développement personnel, mais cesser de se chérir à outrance, d’être égocentré en permanence. Dans les écrits bouddhistes, il est question de chérir les autres plus que soi-même.



Si l’état d’esprit transformatif de chérir autrui n’a pas été adopté au lieu de l’ineptie égocentrique de s’aimer soi-même, vous ne trouverez aucun bien-être dans ce monde, et l’ultime état altruiste de la bouddhéité est hors de portée. Shantideva dit :



Sans vous détourner

De votre bonheur personnel afin de soulager la souffrance des autres,

Non seulement vous n’atteindrez pas la bouddhéité,

Mais, en plus, n’attendez aucun plaisir dans le cycle de l’existence.



L’interdépendance est l’essence de la société humaine. Quelle que soit la puissance d’un individu, il ne réussira jamais seul. Les humains sont sociables, si bien qu’ils dépendent les uns des autres. Le désir échoue dans la tâche de rassembler ce qui est favorable, même pour nous. Car, au fond, il est partial. Dans le désir, ce qui ressemble à de l’affection pour quelqu’un mute ensuite en préjugés, puis fût-elle infime, la haine arrive à s’y glisser. L’altruisme est le meilleur moyen pour regrouper ensemble des éléments positifs car il est impartial. Il ne nous pousse jamais à réagir de manière irrationnelle et nuisible. Le sentiment altruiste a une nature positive.



Pour ne pas mourir, nous agissons. Et sans prendre certaines dispositions, nous serions déjà morts. Quels que soient nos actes, ils aboutissent au résultat souhaité lorsqu’ils tiennent compte de la nature réelle de la situation. Recherchez ce qu’il faut pour préparer un repas (et je l’admets, je ne sais pas cuisiner!). La volonté de le faire ne suffira pas sans savoir quels légumes doivent être achetés, comment les couper et les cuire. Il est donc essentiel, quand vous vous engagez dans une action, de connaître la réalité de la situation.



Quel est notre véritable situation ? Le bonheur que nous souhaitons dépend de nombreuses causes et conditions, comme la souffrance que nous cherchons à éliminer. C’est encore le cas, pour connaître le véritable statut du bonheur ou de la souffrance, il faut effectuer une analyse étendue, et non voir cela sous un angle fermé. Observer un facteur unique ne suffira pas pour devenir heureux ou annihiler la souffrance.



Sous l’emprise du désir ou de la haine, la prise de conscience est réduite, dirigée vers un objectif. Quand la colère vous envahit au point d’être poignante, vous n’arriverez pas à comprendre l’entrelacs des conditions qui sont à l’origine de la situation. Dans le cas contraire, ce sentiment de haine n’aurait pas surgi. La focalisation mentale sur un facteur unique, au milieu de nombreux autres, soulève un problème. Vous fermez la porte à l’ouverture d’esprit et, au-delà, à votre propre joie.



Pour se manifester, les émotions aliénantes ont besoin d’une cible précise : un soi existant, apparemment réel et véritable, autonome. Lorsque les émotions aliénantes entrent en scène, il devient difficile de remarquer que la situation relève de multiples éléments étroitement liés. En l’absence du désir et de la haine, ce contexte d’interdépendance est plus facile à analyser.



Nous sommes tous sensibles, d’autre part, à ce que l’altruisme soit une disposition mentale non aliénante. Par nature, le sentiment altruisme est généreux, ce qui permet de prendre plus aisément en compte un nombre important d’éléments interdépendants. En économie, politique, commerce, sciences, culture et protection sociale, ou d’autres activités, rien n’est la conséquence d’un seul facteur. Puisque sa vraie nature repose sur un vaste réseau de conditions, plus le point de vue est élargi, plus forte est la capacité à construire quelque chose de positif ou éliminer d’autres phénomènes négatifs.



Essayer d’évaluer un problème en dehors d’une large perspective amène une quantité d’ennuis à nous et aux autres. Les situations complexes à travers le monde viennent de vue globale car nous ne considérons qu’une seule facette du problème. Ou les ennuis sont attribués à un seul être, et il est considéré comme étant à l’origine du problème, et nous pensons : « Voilà mon ennemi! » Se centre sur ses propres intérêts est le problème, avoir de la sollicitude pour les autres est la solution.



Je dis souvent aux gens que je rencontre que les enseignements bouddhistes contiennent une explication abondante sur l’interdépendance, cette notion n’en est pas exclusivement l’apanage. Mais elle est critique pour saisir de nombreuses situations dans le monde. Cette idée d’inter connexion touche une multitude de domaines d’application car elle apporte une vision holistique. L’altruisme est la porte ouverte vers cette vue élargie.



Courage tibétain



LE COURAGE DE L’ALTRUISME



La sollicitude envers les autres est un acte de courage. Être renfermé sur soi, avec son « moi » apporte peur et anxiété. Il en découle un sentiment d’anxiété, un mal-être dans un corps vulnérable aux incidents de santé. Or, se plonger profondément dans la pratique de l’altruisme donne du courage. La peur recule. Le stress intérieur diminue, avec des répercussions positives sur la tension sanguine : un bien-être général s’installe.



Récemment, j’ai assisté à une rencontre scientifique à New York. Un médecin a signalé que les individus qui usent fréquemment du pronom « je » souffrent de maux cardiaques. Il n’a pas étayé son propos, mais il me semble que l’emploi excessif de « je » centre la personne sur elle-même et limite ainsi ses perspectives. Elle se replie intérieurement. Une situation peu favorable pour un cœur sain. Or, avoir de l’empathie pour les autres est essentiel. Cela procure une large ouverture d’esprit qui modifie complètement nos perspectives. Si j’étais docteur, je pescrirais probablement à mes patients : « Soyez altruiste pour aller mieux! »



Nous appartenons à ce monde et, chacun, nous avons des opportunités pour aider les autres. Des marques de sollicitude envers ceux qui partagent votre vie professionnelle auront des conséquences. Car, s’ils ne sont que dix, l’ambiance générale sera plus agréable avec moins de dissensions. Imaginons qu’à leur tour, ils agissent de concert avec leurs partenaires. Les effets seront progressifs, mais finalement ils auront une action transformative. Voilà comment changer le monde.



Pratique tibétaine



DEVENIR UN PRATIQUANT DE CAPACITÉ SUPÉRIEURE



La voie vers un niveau supérieur de la pratique spirituelle ouvre vers un développement altruiste à un degré où rechercher l’éveil afin de servir les autres devient une motivation spontanée et profonde. Cette aspiration réfléchie à l’éveil devient la forme ultime de l’altruisme quand elle est mise en œuvre avec la sagesse de l’interdépendance. Pour finir cette partie du livre, nous nous intéressons aux moyens d’accomplir la compassion et de développer la sagesse.



Dès le début de son inspiration, Bouddha utilisa la motivation altruiste pour atteindre l’éveil. Le dernier conseil à ses disciples fut d’intérioriser cette intention de chérir les autres plus que soi. J’ai personnellement la chance d’avoir appris à m’y conformer, en suivant ses pensées, et les avis du grand maître et pratiquant Nagarjuna. Et j’espère que vous aurez cette sensation de bonheur en lisant ce qui suit. Au Tibet, on se transmet oralement l’histoire d’un maître qui vécut à la fin du XVII siècle et qui se consacra à cette pratique. Un jour, achevant son enseignement sur la méthode, il dit : « Quelle chance j’ai, aujourd’hui, de vous avoir enseigné l’amour, la compassion et la motivation altruiste d’atteindre l’éveil, je me sens ragaillardi ! »



Compassion tibétaine



Méditation contemplative



En considérant que :



1. Nous préférons lire les autobiographies d’auteurs motivés par l’altruisme, plutôt qu’.couter les parcours de vie de personnes dont les agissements ont nui aux autres et provoquent la peur et l’appréhension.



2. Un bel état d’esprit intérieur vaut mieux que la beauté physique.



3. Vous êtes le seul à pouvoir parfaire votre mental.



4. Travailler à réaliser le bien-être des autres permet l’accomplissement du vôtre sur la voie.



5. Il ne faut pas vous désintéresser de votre développement personnel, mais arrêter de vous chérir égoïstement, ce qui provoque une concentration mentale dirigée presque exclusivement sur vous-même.



6. Le désir fait échouer le regroupement de ce qui est favorable pour vous-même, car ce sentiment est subjectif et absurde. Dans le désir, la sensation d’affection pour l’autre est négative, car nous laissons la haine, fût-elle infime, s’immiscer.



7. L’altruisme est un moyen particulièrement efficace pour rassembler des facteurs bénéfiques, car il agit en accord avec sa véritable nature d’interdépendance, qui le cœur de la relation sociale.



8. Le vrai bonheur et la véritable libération de la souffrance ne se réalisent qu’avec une vue élargie, et non avec une perspective restreinte.



9. Dans la haine et le désir, votre perception est limitée. Se concentrer sur un élément particulier confine à un problème parmi d’autres, vous n’avez plus d’ouverture d’esprit.



10. Les émotions aliénantes ont besoin d’une cible précise pour se manifester : le soi existant, apparemment réel et véritable, autonome.



11. Plus la vision est élargie, plus grande est la capacité à construire quelque chose de positif ou de surmonter ce qui est négatif.



12. Se centrer sur soi est le problème ; avoir de l’empathie pour les autres est la solution.



13. L’interdépendance est applicable à bien des champs d’activité, car elle procure une vision holistique. L’altruisme est le portail à franchir pour avoir cette vue élargie.



14. Au moment où vous êtes seulement centré sur « je », la peur ou l’anxiété qui vous motive aliène le mental, et provoque parfois des troubles physiques.



15. Le monde se transformera si chacun de nous modifie son état d’esprit ; ce changement s’étendra d’individu à individu.



16. La voie qui conduit à un niveau supérieur de la pratique spirituelle ouvre vers le développement altruiste à un degré où la recherche de l’éveil afin de servir les autres devient, en fait, une motivation spontanée et profonde pour tout ce qui est entrepris.



À suivre…



Par Sa Sainteté le Dalaï Lama



Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Karma Yéshé
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2654
Age : 50
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: L'altuisme

Message par Karma Yéshé le Mar 15 Nov 2011, 05:27

Puissé-je être un protecteur pour les abandonnés, un guide pour ceux qui cheminent,

Un vaisseau, une barque, un pont pour ceux qui veulent se rendre sur l’autre rive.

Puissé-je être une île pour ceux qui ont besoin de faire escale,

Une lampe pour ceux qui ont besoin de lumière,

Un lit pour ceux qui veulent se reposer,

Un serviteur pour ceux qui ont besoin d’être servis,

Puissé-je être la pierre miraculeuse, le vase au grand trésor,

La formule magique, le remède universel,

L’arbre qui comble les souhaits, la vache au pis intarissable !



Comme la terre et les autres éléments qui servent aux mille usages

Des êtres innombrables, dans tout l’espace infini,

Puissé-je, de mille façons, être utile aux êtres qui peuplent cet espace,

Aussi longtemps qu’ils ne seront pas tous libérés de la souffrance !



Shantideva

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 07:10