Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 48 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


“Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Partagez
avatar
Invité
Invité

“Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Invité le Lun 16 Sep 2013, 15:06

“Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard
Source : Management
13/09/2013 à 13:26 / Mis à jour le 13/09/2013 à 13:30
Pour ce proche du dalaï-lama, le capitalisme peut se réinventer dans le respect de l’autre. Mais il faut, pour y parvenir, neutraliser les quelques égoïstes qui font leur loi.
 
Voilà un entrepreneur comme on en rencontre rarement. Fils du philosophe Jean-François Revel, avec qui il a coécrit «Le Moine et le Philosophe», best-seller mondial, Matthieu Ricard est moine boud­dhiste. C’est même l’interprète français du dalaï-lama. Parti pour être un brillant biochimiste – il a passé sa thèse de génétique cellulaire à l’Ins­titut Pasteur –, il plaque tout en 1972 pour aller vivre dans un monastère ­tibétain. Ordonné moine, Matthieu Ricard se consacre à la méditation et à aider les populations les plus pauvres de l’Himalaya. Avant de décider, en 2000, de donner un tour plus structuré à son action ­caritative en fondant l’as­so­ciation Karuna-Shechen. A ce jour, il gère, avec son équipe, plus de 120 projets humanitaires.
Derrière le moine bouddhiste contemplatif en robe rouge et baskets mal lacées se dévoile donc un hyperactif. Ce «penseur du bonheur» sort régulièrement de sa retraite de Katmandou, au ­Népal, pour porter la bonne parole – il donne de nombreuses conférences sur l’altruisme et la solidarité – et lever des fonds pour son association. Son analyse du capitalisme, qui connaît de plus en plus d’écho dans notre monde en surchauffe et en quête de sens, méritait qu’on le rencontre. Dialogue ­serein avec un homme patient, souriant et attentif.
Management : Vous arrivez tout droit du Népal. A quoi ressemble votre quotidien là-bas ?
Matthieu Ricard : Je vis très modestement dans mon ermitage du Népal, sur le toit du monde. J’y ai une cellule minuscule de 3 mètres sur 2,80 mètres, qui se prête bien à la méditation. C’est là que je me ressource. Je passe en général deux à trois mois par an en retraite solitaire, une pratique qui me permet de prendre du recul et de me recueillir. Je voudrais y consacrer plus de temps, comme j’ai pu le faire par le passé, mais mes activités dans le cadre de mon association caritative me sollicitent énormément.

Management : Dans ce domaine, vous êtes un entrepreneur…
Matthieu Ricard : Oui. J’ai fondé l’association Karuna-Shechen il y a treize ans. Karuna, littéralement, veut dire compassion. Schechen est le nom de mon monastère. Avec mon équipe, nous menons des actions humanitaires au Tibet, en Inde et au Népal : cliniques, écoles, hospices, dispensaires… C’est une véritable entreprise dirigée par Sanjeev Pradhan qui s’occupe des opérations sur le terrain. Parmi nos récentes réalisations dans la région himalayenne, en 2012, nous avons construit deux grandes écoles, une clinique chirurgicale ainsi qu’une salle communautaire. Les deux premiers postes d’investissement de Karuna-Shechen sont l’éducation et la santé. Pour financer tous ces chantiers, qui coûtent environ 1 million de dollars par an, je parcours le monde pour lever des fonds, je prends des photos que je publie et j’écris des livres. Grâce à mes droits d’auteur, je suis le premier donateur français de mon association, mais ce n’est pas suffisant. Heureusement, nous avons de généreux bienfaiteurs, parfois anonymes, dans le monde entier.

Management : La synthèse entre votre philosophie bouddhiste et votre action en tant que chef de projet vous donne quelle vision du monde capitaliste ?
Matthieu Ricard : Une vision réaliste. Le système est détourné par une minorité de gens qui font la loi. Il faut mettre en place des règlements ­altruistes pour stopper les 30% de profiteurs qui créent une atmosphère délétère au détriment de 70% d’êtres humains prêts à coopérer pour que le monde se porte mieux. On doit absolument empêcher les fraudeurs, les resquilleurs et les égoïstes de tenir le haut du pavé… Pour le reste, je reviens toujours à une question essentielle : quel est le sens de la vie ? Gagner de l’argent n’est pas malsain, mais il faut que cette quête ait un sens, qu’elle permette de vivre une aventure commune pour le bien du plus grand nombre, et non qu’elle serve ­l’intérêt exclusif de quelques-uns.

Management : Vous croyez donc aux vertus de l’économie de marché et de la libre concurrence ?
Matthieu Ricard : Oui, je pense que la concurrence entre les groupes est normale et saine. Car c’est notamment cette dynamique qui permet d’empêcher la formation de monopoles et qui favorise l’innovation. C’est un message que je transmets à chaque fois que je me rends au Forum de Davos –  j’y suis allé à cinq repri­ses – ou à l’université d’été du Medef, où je suis intervenu il y a deux ans. En revanche, la compétition humaine au sein même des entreprises est néfaste. Lorsque tout le monde se compare, s’attribue des notes, c’est nuisible ! L’entreprise est le lieu où il faut mettre toutes les ressources et toutes les connaissances en commun. La coopération doit être à 100%, avec un minimum de distance entre le dirigeant et les collaborateurs. Une entreprise avec un comportement social fondé sur la solidarité et le respect sera en outre mieux armée pour traverser les crises.

Management : Votre discours se heurte à la réalité : le niveau de souffrance au travail est de plus en plus élevé…
Matthieu Ricard : Peut-être. Mais plus on aura de considération pour autrui et mieux on comprendra qu’il faut arrêter de sacrifier la qualité de vie au travail au nom d’un hypothétique rendement. A long terme, de telles pratiques n’ont pas de sens. Les entreprises qui mettent l’accent sur le bien-être réussissent bien mieux sur leur marché que les autres. Prenez l’exemple de Google, que je connais bien. Dans ce genre de groupe où l’on travaille beaucoup, on prend aussi soin des collaborateurs. Grâce à de multiples attentions, qui vont du restaurant gratuit à une grande liberté dans la gestion des horaires, ce type d’entreprise développe la productivité, la créativité, l’autonomie et le bien-être des salariés. Rien à voir avec ces boîtes où les gens, tenus dans des carcans, pètent les plombs à cause d’un stress insupportable. Le pire dans la vie est de faire quelque chose qu’on n’a pas envie de faire ou qui ne correspond pas à nos capacités. Le burn-out, cette maladie moderne, provient de l’absence de maîtrise sur ce qu’on entreprend.

Management : Quelle méthode recommandez-vous pour garder ­son équilibre au quotidien malgré la pression ?
Matthieu Ricard : La méthode la plus ancienne et à la portée de tout le monde est de faire une brève sieste ! Et puis vous pouvez aussi vous adonner à une séance de «méditation de pleine conscience». Cela consiste à focaliser pleinement son attention sur le moment présent et à analyser ce que vous ressentez. Vingt minutes par jour pour gagner en sérénité et prendre du champ par rapport à ce qui nous agresse, ça vaut le coup, vous ne croyez pas ? Aux Etats-Unis, le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn, qui dirige la clinique pour la réduction du stress, obtient des ­résultats remarquables avec cette méthode.

Management : Après avoir été “l’avocat du bonheur”, vous ­publiez un nouveau livre, ­“Plaidoyer pour l’altruisme”, en septembre. Quelle thèse y défendez-vous ?
Matthieu Ricard : L’idée centrale est la suivante : comment concilier mon bien-être et celui de ceux qui m’entourent sur plusieurs générations ? La seule manière conceptuelle d’y parvenir est d’avoir de la considération pour autrui. Si vous adoptez cette ligne de conduite, vous ne pourrez jamais, par exemple, ­devenir un trader dénué de scrupules.

Management : L’altruisme est une notion pourtant mise à mal de nos jours. Ne vous sentez-vous pas un peu seul à la défendre ?
Matthieu Ricard : Dans le monde entier, j’ai un merveilleux réseau d’amis scientifiques, économistes, philosophes, et psychologues qui partagent ma conviction. Non, je ne me sens pas seul.

 Propos recueillis par Claire Derville et Gabriel Joseph-Dezaize
avatar
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 37
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Disposition de l'Esprit : Confiant
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Re: “Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Lodrö le Lun 16 Sep 2013, 16:23

Merci pour ce partage!
avatar
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 37
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Disposition de l'Esprit : Confiant
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Re: “Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Lodrö le Lun 16 Sep 2013, 16:30

En relisant: c'est malheureuseument vrai que l'économie actuelle est dirigée par une poignée de personnes qui sont arrivés à avoir la mainmise sur les démocraties et le pouvoir... et ces personnes ne sont pas animées par un esprit altruiste Sad
avatar
Peter BENOIT
Nouveau membre
Nouveau membre

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 59
Contrée : Celtie
Arts & métiers : Passeur
Disposition de l'Esprit : Libre
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2013

Re: “Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Peter BENOIT le Mar 24 Sep 2013, 00:47

Sans vouloir polémiquer, j'espère que le point de vue selon lequel " le capitalisme peut se réinventer dans le respect de l’autre", est abusivement attribué à Mathieu Ricard, "ce proche du dalaï-lama," reflétant tout haut le fantasme du "journaliste" de cette revue "Management" à la gloire dudit capitalisme...
Rien n'est plus fondamentalement opposé aux valeurs du bouddhisme que le capitalisme et son économie de marché, champion toutes catégories générateur de souffrances, avec son lot de guerres et de misères !

La tolérance à bon dos... Il n'empêche que personne ne cautionnerait qu'une autorité morale citée en exemple mondial de tolérance et de compassion comme par exemple Nelson Mandela, déclare que l'apartheid (ou l'esclavage) peut se réinventer dans le respect de l'autre.
avatar
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 37
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Disposition de l'Esprit : Confiant
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Re: “Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Lodrö le Mar 24 Sep 2013, 09:30

Non, c'est intéressant comme point de vue. Cependant, je ne pense pas que la comparaison apartheid/capitalisme soit des plus appropriées.
C'est tout à fait exact aussi que la presse se fait un plaisir d'orienter son lecteur en fonction de son point de vue sur un sujet (comme le magazine The Economist qui rendait hommage à Thatcher sous les termes de "Freedom fighter". Ca m'avait rendu malade en repensant au sort des mineurs et de tous ceux qu'elle a fait souffrir). La presse est un superbe outil de manipulation des masses. Bref, je m'égare un peu.

Je pense que, plus précisément, c'est le capitalisme dans sa forme actuelle qui est complètement fou, inhumain, et que l'appétit démesuré de certains pour faire le maximum d'argent pour eux-mêmes, quel qu'en soit le prix humain ou écologique ne fait que des dégâts et entraine toutes sortes de souffrances dans une apothéose d'égoïsme et d'égo. On ne cesse de parler de concurrence, qu'il faut nécessairement écraser les autres pour survivre et faire du profit est devenu une fin en soit plutôt qu'un moyen qui soit au service de l'homme.

D'autres alternatives au capitalisme ont plus ou moins été essayées, mais elles n'ont débouché que sur des dictatures avec des attrocités avec des millions de morts au nom d'une idéologie que quelques uns ont voulu imposer au plus grand nombre parcequ'ils avaient décrété que c'était pour leur bien (cf les khmers rouges, par exemple). Moi je pense que le capitalisme est le moins mauvais des systèmes, mais clairement, la direction que lui a donné le néo-libéralisme des années Thatcher/Reagan est simplement abominable et nous amène inoxérablement dans un mur.

Une lecture intéressante (à mon avis): http://www.irnc.org/Diaporamas/Items/approche_bouddhiste_crise_economique.pdf

Contenu sponsorisé

Re: “Le fait de gagner de l’argent doit avoir un sens”, selon le moine bouddhiste Matthieu Ricard

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 13:21