Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 48 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


L’urgence de la fraternité -Matthieu Ricard

Partagez
avatar
Invité
Invité

L’urgence de la fraternité -Matthieu Ricard

Message par Invité le Dim 29 Sep 2013, 14:50

L’urgence de la fraternité
Le moine bouddhiste Matthieu Ricard fait dans son dernier ouvrage l’éloge de l’altruisme, nécessaire au triomphe de la coopération sur la compétition

Matthieu Ricard : « Il est trop tard pour être pessimiste. Il y a urgence à sortir un milliard et demi d’êtres humains de la plus grande pauvreté dans laquelle ils vivent ». (archives émilie drouinaud/« sud ouest »)
Partager

« Sud Ouest ». Dans votre livre sur l’altruisme (1), vous vous appuyez sur des connaissances scientifiques et des ouvrages récents, comme celui de Josef Stiglitz et Jeremy Rifkin (2). Est-ce nécessaire pour convaincre les lecteurs ?
Matthieu Ricard. Dans mon cas, particulièrement. Beaucoup de choses que j’affirme vont à l’encontre des idées reçues. Je rappelle par exemple que l’enfant est altruiste dès son plus jeune âge. Ou encore que la violence n’a cessé de diminuer depuis plusieurs siècles. Sans ces solides travaux scientifiques, on ne manquerait pas de m’objecter que ce sont « de bons sentiments de moine bouddhiste ». J’ai donc pris la peine d’étayer toutes mes affirmations.


Pensez-vous, comme Jacques Attali, que l’altruisme est « ce qui nous fera passer d’un monde marchand, soumis à la rentabilité, à un monde d’entraide » ?
Oui, mais pour cela, il faut que nous cultivions l’altruisme sur le plan individuel et favorisions son expansion sur le plan sociétal.
Vous dites que l’altruisme est bon pour l’individu lui-même. Pourquoi ?
C’est un plus. L’altruisme est la meilleure façon d’accomplir un double bien : aux autres et à soi. Imaginez que vous êtes un paysan. Vous cultivez vos terres principalement pour nourrir votre famille et le village avec le blé, mais en plus, en bonus, vous récoltez de la paille.
La compassion et l’empathie transforment-elles le cerveau de l’homme ?
L’empathie est une résonance affective qui active des zones précises de votre cerveau. Mais, livrée à elle-même, notamment lorsqu’elle résonne de manière répétée avec la souffrance des autres, elle peut conduire à l’épuisement émotionnel. C’est pourquoi il faut cultiver l’amour altruiste qui agit comme un baume pour remédier à la détresse empathique. Les neuroscientifiques ont montré que lorsque quelqu’un cultivait l’amour altruiste sur la durée, des changements fonctionnels et structurels se produisaient dans le cerveau. Un exercice simple consiste à s’arrêter toutes les heures. Et de regarder les gens autour de soi, pendant dix secondes, en leur souhaitant d’être heureux, en bonne santé, etc. Cela peut faciliter les relations humaines, et nous disposer mieux les uns envers les autres. Il y a beaucoup de coopérations dans la vie de tous les jours. Nous devons passer à un niveau supérieur d’entraide. Une ville ne fonctionnerait pas si les uns et les autres étaient à couteaux tirés.
Vous dites que la compassion sans action est hypocrite. Il y a donc nécessité pour l’individu qui veut vivre autrement qu’en compétition d’être impliqué dans une démarche concrète…
C’est déjà le cas pour 24 % de Français engagés dans un bénévolat. Sans compter les ONG. Il y en a maintenant plusieurs millions dans le monde. Mais cela n’attire pas l’attention et fait rarement l’ouverture du journal télévisé. Il faut savoir où on veut aller et être persévérant. Ne pas être en mesure d’aider n’enlève rien à une motivation altruiste, mais ne pas agir, alors que l’on peut faire quelque chose pour soulager les souffrances des autres, relève de l’indifférence égoïste. Quand on comprend ce qui compte le plus dans l’existence, tout s’éclaire. Accomplir quelque chose de bénéfique pour autrui vous permet de traverser les hauts et les bas de la vie et vous apporte aussi une grande satisfaction.
Selon vous, une transformation similaire des cultures et des individus est possible. Comment ?
Il faut trouver le point d’articulation pour que les sociétés changent. Nous profitons de l’évolution de cultures cumulatives qui sont des acquis. Ainsi l’esclavage et la guerre sont considérés de façon générale comme des abominations. Cela n’a pas toujours été le cas. Les civilisations vont dans ce sens, même si ce n’est pas au même rythme. Il existe aussi un facteur d’imitation : quand le nombre d’individus défendant de nouvelles idées a atteint une masse critique, cela conduit à l’adoption d’une nouvelle culture. Des modèles mathématiques ont d’ailleurs montré que lorsque des personnes altruistes coopèrent à un but commun, ils ont un avantage évolutif sur un groupe d’égoïstes qui n’arrêtent pas de se tirer dans les pattes.
Comment prouver que l’homme est bon par nature ?
Ce n’est pas un a priori philosophique. Dans une expérience conduite à l’université de Yale, des chercheurs montrent à des enfants de 6 à 10 mois une vidéo où une poupée a de la peine à grimper une pente. Une autre poupée vient l’aider en la poussant par-derrière. Une seconde survient ensuite pour la faire tomber. Quand on tend ensuite aux bébés les deux poupées, une majorité se saisit de la bienveillante. Il est très important de prendre conscience que l’homme est davantage disposé à la bienveillance qu’à la malveillance. Mais, le vrai défi est en fait de lutter contre le narcissisme qui est en train de devenir une véritable épidémie.
Voudriez-vous que l’altruisme que vous conseillez aux hommes, s’étende aussi aux animaux ?
La notion d’altruisme est mise à rude épreuve avec la façon dont nous traitons les animaux. Lorsqu’une société accepte comme allant de soi la pire utilisation d’êtres sensibles au service de ses propres fins, alors on peut parler d’égoïsme institutionnalisé. L’accès aux abattoirs est aussi protégé qu’une centrale nucléaire car nous ne voulons pas voir ce qui s’y passe. Hors des yeux, hors du cœur. Mais là encore, les choses changent, il n’y a jamais eu autant d’ouvrages sur la nécessité de promulguer une loi qui considère les animaux comme des êtres sensibles, non comme des « biens immobiliers ».
N’êtes-vous pas un peu optimiste sur le développement de l’altruisme ?
Il est trop tard pour être pessimiste. Il y a urgence à sortir un milliard et demi d’êtres humains de la plus grande pauvreté dans laquelle ils vivent. Urgence à passer d’un modèle égoïste d’exploitation à un modèle coopératif.
Pensez-vous, comme Victor Hugo, que « rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu » ?
C’est ma conviction profonde. Vient le temps d’une civilisation empathique, de l’altruisme. L’âge de la fraternité. Il y a une prise de conscience du souhait général de passer au stade supérieur de la coopération. Une nécessité pour notre survie et celle des espèces avec qui nous partageons cette Terre.
(1) « Plaidoyer pour l’altruisme. La force de la bienveillance », Nil Éditions, 777 p., 23 €. (2) « Une nouvelle conscience pour un monde en crise : vers une civilisation de l’empathie ».

    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 13:20