Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» La Vue Juste - une définition
Aujourd'hui à 13:35 par vaygas

» Etude dans le bouddhisme
Aujourd'hui à 13:13 par levitrailleur

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 07:42 par Karma Döndrup Tsetso

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:32 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation.
Hier à 19:42 par TantraVida

» Retraite avec Phakyab RInpoche
Hier à 10:05 par seve

» Dhammapada
Hier à 06:55 par vaygas

» Les blagues de l'Arbre
Dim 17 Sep 2017, 19:01 par Pema Gyaltshen

» Présentation !
Sam 16 Sep 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Sam 16 Sep 2017, 22:19 par Karma Trindal

» Annonce: Cherchons animateur vidéo pour le forum
Sam 16 Sep 2017, 22:06 par Karma Trindal

» Bonne nouvelle: record de fréquentation du forum atteint ce 10/09/2017!
Sam 16 Sep 2017, 21:55 par Karma Trindal

» Phobie sociale
Sam 16 Sep 2017, 21:49 par Karma Trindal

» Présentation de Karma Norbu Gyeltsen
Sam 16 Sep 2017, 21:46 par Karma Trindal

» Centre Bouddhiste Tibétain : Oddiyana
Sam 16 Sep 2017, 20:55 par Karma Trindal

» Totalement perdue..
Sam 16 Sep 2017, 20:54 par Karma Trindal

»  Thich Nhat Hanh
Sam 16 Sep 2017, 20:43 par Karma Trindal

» Présentation d'un nouveau membre
Sam 16 Sep 2017, 20:33 par Karma Trindal

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Sam 16 Sep 2017, 20:30 par Karma Trindal

» sans amies !...
Sam 16 Sep 2017, 20:28 par Karma Trindal

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Sam 16 Sep 2017, 20:23 par Karma Trindal

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 16 Sep 2017, 20:19 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:17 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:16 par Karma Trindal

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:14 par Karma Trindal

» Les livres sur la Médecine Tibétaine
Mer 13 Sep 2017, 21:10 par seve

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 13 Sep 2017, 20:14 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 13 Sep 2017, 18:22 par Franck Barron

» Le Bouddhisme pour les nuls
Mer 13 Sep 2017, 15:30 par manila

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Mar 12 Sep 2017, 08:55 par Ortho

» Les Dâkinis
Lun 11 Sep 2017, 13:09 par Akana

» 8ème FESTIVAL CULTUREL DU TIBET
Lun 11 Sep 2017, 08:36 par Karma Döndrup Tsetso

» Rahor Dzogtrul Rinpoché à Bruxelles septembre 2017
Sam 09 Sep 2017, 22:30 par Pema Gyaltshen

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Ven 08 Sep 2017, 22:15 par tindzin

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Dim 03 Sep 2017, 19:24 par Ortho

» Présentation!
Dim 20 Aoû 2017, 22:22 par Akana

» Wilfried : nouveau venu
Dim 20 Aoû 2017, 21:38 par manila

» Retraite de trois ans en Bourgogne
Jeu 17 Aoû 2017, 09:52 par Dhagpo33

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 6 Enregistrés, 0 Invisible et 30 Invités :: 1 Moteur de recherche

Akana, Blutack, Karma Döndrup Tsetso, Karma Trindal, levitrailleur, vaygas


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92877 messages dans 10788 sujets

Nous avons 4069 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Small Cèdre


Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Partagez
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 06 Avr 2011, 10:23

Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi.
Source http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article13300&lang=fr

Ce mercredi matin, les portes des ermitages s’ouvrent. Enfin. Cheveux ras, longues robes monastiques carmin, ils apparaissent, sortant un à un, en procession, concentrés. Il faudra attendre que s’achève la cérémonie recueillie au stûpa (monument sacré) puis au temple pour que les bras s’ouvrent, pour que s’échangent les premiers mots. Ces dernières minutes sont les plus longues…

« Ce moment a été comme un point d’orgue, confie Jean-Guy, 38 ans, ingénieur naval. Moi qui ai fait beaucoup de voile, j’ai vécu cette sortie comme une rentrée au port avant de reprendre le large. Je ne cherchais pas à détailler les visages, à reconnaître qui que ce soit. Je mettais juste tout mon bonheur dans mes yeux, pour le partager. » Pourtant, la grande retraite du bouddhisme est une expérience sans concession.

Plonger de l’intérieur vers l’extérieur

Pour l’heure, l’émotion est forte. Une amie s’excuse de n’avoir pas écrit : « Le temps a passé si vite. » Un photographe est là à titre privé : son ex-compagne sort de sa seconde retraite consécutive. Telle mère tire sans relâche les poils sur le bras de son fils, après tout ces mois sans pouvoir le toucher. Telle autre, qui n’a pas approuvé le choix du sien, concède « qu’il n’a pas trop maigri »…

Les pères, eux, sont très souvent gênés et ne savent pas trop comment reprendre contact. L’un s’émerveille des roseaux du jardin ; un autre, cynique, dit à son fils : « Pendant ce temps-là, je me suis occupé de faire fructifier ton argent. » Une phrase que le sociologue Stéphane Potier ne juge pas anodine : « Les parents ne comprennent pas que leurs enfants n’assument pas leur vie financière. Pour payer les 335 € mensuels nécessaires au financement de la retraite, la plupart font appel à des donateurs. Pour la famille, entrer en retraite ne peut mener nulle part professionnellement parlant. Ce n’est pas une carrière. » Stéphane n’est pas là en simple observateur… puisqu’il souhaite participer à la prochaine, en 2005.

Un enfant de 11 ans, serré comme un koala contre sa mère, reste totalement insensible à l’agitation extérieure. Sophie, 35 ans, vient de sortir. Tous les mois, son fils lui a envoyé une photocopie de ses bulletins scolaires et, pendant ces trois années, c’est son mari qui s’est occupé de lui. « Prendre la décision de partir en retraite a été extrêmement difficile pour ma femme, parce que cela engageait un enfant, confie cet époux. Mais nous avions passé un contrat très clair : quoi qu’il advienne, Sophie revenait à la fin de la retraite, et devait l’interrompre si notre fils rencontrait des difficultés. Pour ma part, j’ai fait vœu de chasteté, afin de garantir à ma femme et à mon fils la solidité de notre cellule familiale. » Dès demain, Sophie reprendra son travail de traductrice à l’association humanitaire Planète enfants.

Introspection et travail en groupe

Avant que les portes ne se ferment pour 1 190 jours, tous ces retraitants avaient fait, au minimum, cinq vœux : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas prendre d’intoxicant et être chaste. Un programme qui exerce la vigilance. Chaque pas compte, car, ici, les journées sont longues et riches.

Les pratiques débutent à 4 h 30 et s’achèvent à 23 heures. Discipline et recueillement sont primordiaux. Jean-Guy en a fait l’expérience. « Le grand pas a été, pour moi, de tout quitter pour arriver ici. Je vivais à La Rochelle, mon travail me passionnait, j’avais beaucoup d’amis et j’étais hyperactif. J’ai d’abord, comme mon grand-père, voulu trouver la spiritualité au sein de mon couple. Mais ce cocon cachait mes peurs. Mon amour n’était pas libre ni gratuit. Peu de temps après avoir quitté mon amie, j’ai rencontré lama Guendune, et j’ai su que c’était fini pour moi. Pour mon petit moi… L’idée de la retraite s’est vite imposée. J’ai évidemment eu beaucoup de mal pour m’asseoir et méditer ! J’ai traversé une grosse crise dans la pratique des cent onze mille cent onze prosternations. Cela a fait remonter mon orgueil et je me suis vu prendre mes valises. En fait, je me regardais le nombril. J’entre en seconde retraite pour affermir ce que j’ai découvert. Ma vocation, c’est les autres. »

Les retraitants sont logés dans des ermitages non mixtes (les hommes ont élu domicile aux quatre ermitages du monastère du Bost, dans le Puy-de-Dôme ; les femmes, dans ceux de Laussedat, à deux kilomètres.) composés de petites chambres individuelles, d’un temple, d’une salle de yoga, d’une cuisine, d’un réfectoire et d’un jardin pour la détente. Le cœur du travail s’effectue dans la solitude de la cellule où chacun pratique, assis en tailleur, la méditation de façon intensive : douze heures chaque jour, par session de trois heures, dans une caisse en bois des moins confortables, pudiquement appelée « siège de méditation », qui évite aux énergies de se disperser.

Les premières semaines, chacun s’adonne aux trois mille prosternations quotidiennes jusqu’à atteindre les fameuses cent onze mille cent onze grandes prosternations à l’issue du séjour. La paix s’installe peu à peu, au rythme des exercices et de l’approfondissement intérieur.

On croit, à tort, que toutes les retraites sont silencieuses. Or, chez les bouddhistes, le travail en solitaire alterne avec le travail de groupe, appelé "méditation dans l’action". L’objectif est de développer une attitude spirituelle dans la vie quotidienne. « Notre stabilité intérieure doit se frotter à la réalité. Nous vérifions la profondeur de notre travail au contact des autres », reconnaît lama Tsultrim, l’une des rares femmes occidentales devenues lama.

Attention, ego

Au début du séjour, chacun adopte un rôle supposé idéal : calme, généreux, ouvert. Très vite, la vie fait tout exploser et le travail commence vraiment. « Le groupe nous renvoie à nous-même, comme un miroir : on ne pratique pas la patience tout seul ! » ajoute un moine. La première année, la vie de groupe demande à être stabilisée. Ceux qui décident de partir le font d’ailleurs à ce moment particulièrement difficile : douze heures de face-à-face avec soi sont trop violentes pour certains. Les réglages se font au fur et à mesure.

« Nous avons l’habitude de mettre la pancarte “défense d’entrer” autour de notre ego. Celui-ci est un jardin qui ressemble à un quartier de haute sécurité. En retraite, nous découvrons que nous pouvons ouvrir les grilles du jardin pour sortir et vivre en dehors de notre ego, se réjouit lama Puntso. Nous découvrons l’espace. Et plus nous méditons, plus nous nous sentons à l’étroit dans ce jardin qui limite l’esprit. »

Lama Tsultrim a fait ce chemin. « J’ai fait partie du premier groupe de retraite en 1985. J’ai beaucoup aimé la méditation et je ne voulais plus faire que cela. Je ne voulais plus sortir ! J’ai donc fait une seconde retraite dans la foulée et, à ma sortie, lama Guendune m’a désigné, avec une autre retraitante, comme lama. Nous ne nous sentions pas à la hauteur. Devant notre manque d’enthousiasme, il a donné un ordre : “Elles doivent.” Je comprends aujourd’hui son insistance. Le but de la méditation n’est pas de s’enfermer là où l’on se sent bien. Son ordre a fait exploser ma bulle de confort. Aujourd’hui, je médite dans l’action et je parcours la France pour enseigner la voie du Bouddha. » Si le projet est tentant, le voyage n’est pas sans risque. Lors d’une retraite spirituelle, on découvre la totalité de l’iceberg, sans compromis. L’un va découvrir qu’il est avide et rongé de désir, l’autre qu’il est colérique et intolérant. Le but de la retraite n’est pas de soigner ses bobos, mais bien d’approfondir sa vérité intérieure. Alors, lentement, chacun s’applique, non pas à changer, mais à devenir complètement lui-même. « Il ne faut pas croire que tout cela soit extraordinaire. Pendant trois ans, nous continuons à vivre ! Finalement, tout cela me paraît même plus naturel que d’être enfermé dans un pensionnat pendant des années ou au service militaire », conclut lama Yeshe dans un sourire.

Qui sont ces retraitants ?

Moyenne d’âge : 35,5 ans pour ceux effectuant leur première retraite, 40,5 ans pour ceux effectuant leur seconde.

Sur les 100 personnes sorties le 6 juin dernier, 68 effectuaient leur première retraite.

Parmi elles, 35 ont déjà décidé d’en effectuer une seconde. Parmi les 33 autres, un tiers suivra la voie monastique (choix de la majorité de ceux qui ont vécu deux retraites) ; un tiers soutiendra l’activité de la congrégation par des activités laïques ; un tiers retournera à la vie laïque (humanitaire, médical, enseignement, etc.).

Il y avait 42 % d’étrangers, de dix nationalités différentes (une majorité d’Allemands, puis des Autrichiens, des Suisses, des Espagnols).

Il est rare d’effectuer plus de deux retraites de trois ans. Ceux qui poursuivent s’engagent pour neuf ans : une vocation.

Aujourd’hui, huit hommes et cinq femmes sont en retraite à vie ou pour au moins douze années consécutives.

Leur guide

Le guide spirituel
Lama Yeshe est « lama racine ». Il encadre les hommes pendant leur retraite. Conseiller de méditation, il est « le guide de haute montagne en qui la confiance est absolue ».

Quel est votre rôle ?
Nous aidons les retraitants à grandir spirituellement. Nous nous voyons tous les jours d’une façon non codifiée, notamment aux repas. Compte tenu de l’intensité de ce qui se vit – le miroir du groupe et les détachements parfois déchirants – c’est une relation à long terme qui se tisse, au sens d’une amitié qui ne se dément pas.

Quitte-t-on librement une retraite ?
La discipline est ici plus intérieure qu’extérieure. De fait, toutes les décisions se prennent à deux. Les personnes qui craquent sont rares. Nous nous assurons en amont de leur équilibre psychologique. Il peut se poser des problèmes de santé – nous avons des médecins et, si cela est sérieux, le retraitant est hospitalisé, ce qui n’est pas le cas au Tibet – ou d’ordre familial, comme un décès. Dans ce cas-là, cela ne justifie pas une sortie. Les retraitants le savent en entrant, et ceux qui ont des parents âgés anticipent ce risque ou repoussent leur venue.
avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 56
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par hananou le Jeu 07 Avr 2011, 20:35

c est un très beau rapport qui est fait . La retraite fait partie de mes souhaits dans cette vie.

Je me prépare a cela Une bonne préparation assure une Retraite active.
C 'est comme un jardin avant de planter et d'en tirer les fruits il est nécessaire de l entretenir.

A chaque saison son "fruit" , qui tombe quand il est mure


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Ven 08 Avr 2011, 15:04

Bonjour,

... « La retraite fait partie de mes souhaits dans cette vie.
Je me prépare a cela. Une bonne préparation assure une Retraite active.
C 'est comme un jardin avant de planter et d'en tirer les fruits il est nécessaire de l’entretenir.
A chaque saison son "fruit" , qui tombe quand il est mûr... »...
— Oui... encore que point n’est besoin pour être face à soi-même de faire une “retraite” ou tout autre “truc” du genre, une seule chose compte vraiment, avoir rencontré celui, ou celle qui saura vous accompagner dans “ce voyage intérieur”... difficile, long, douloureux, plein de larmes, et de Joies-Vraies !
... «c’est un très beau rapport qui est fait ....»...
— Bon, là on va quand même clarifier un peu...
... «Le guide spirituel :
Lama Yeshe est « lama racine ». Il encadre les hommes pendant leur retraite.....»...
Et il a surtout usé de l’irresponsabilité lamentable de ses “prétendus” maîtres, pour abuser de son “autorité” pour “niquer tantriquement”, toutes les femmes du centre de retraite du “Bost” jusque vers les années 2008 !
Alors, sans être femme ni à votre place, ne laissez pas votre précieux vagin être pénétré par n’importe quel “guignol” au titre institutionnel ronflant de “lama-racine” (cracheur !). Aucun bien ne peut advenir de l’ouverture du sexe d’une femme si le pénis de l’homme qui y est accueillit ne soit l’offrande en toute conscience de ce qui est offert et donné dans l’unicité de l’esprit en le cœur !

... « à ma “dâkima” ! »...

Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 56
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par hananou le Ven 08 Avr 2011, 16:31

Et il a surtout usé de l’irresponsabilité lamentable de ses “prétendus” maîtres, pour abuser de son “autorité” pour “niquer tantriquement”, toutes les femmes du centre de retraite du “Bost” jusque vers les années 2008 !
Alors, sans être femme ni à votre place, ne laissez pas votre précieux vagin être pénétré par n’importe quel “guignol” au titre institutionnel ronflant de “lama-racine” (cracheur !). Aucun bien ne peut advenir de l’ouverture du sexe d’une femme si le pénis de l’homme qui y est accueillit ne soit l’offrande en toute conscience de ce qui est offert et donné dans l’unicité de l’esprit en le cœur !
Je comprends rien a ce que tu racontes ni le sens ni les propos
Exclamation


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 56
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par hananou le Ven 08 Avr 2011, 16:36

A chacun son chemin de vie pour certain être moine est une motivation, un acte, une pensée juste tout simplement.

En tous cas pour moi, il y a des évidences devant lesquelles j'avance .Des points de rencontre dans mon chemin intérieur qui ne manquent pas de m'orienter avec intuition vers les prochaines marches.


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par petit_caillou le Ven 08 Avr 2011, 16:38

Hild-Rik a écrit:
.....Et il a surtout usé de l’irresponsabilité lamentable de ses “prétendus” maîtres, pour abuser de son “autorité” pour “niquer tantriquement”, toutes les femmes du centre de retraite du “Bost” jusque vers les années 2008 !
Alors, sans être femme ni à votre place, ne laissez pas votre précieux vagin être pénétré par n’importe quel “guignol” au titre institutionnel ronflant de “lama-racine” (cracheur !). Aucun bien ne peut advenir de l’ouverture du sexe d’une femme si le pénis de l’homme qui y est accueillit ne soit l’offrande en toute conscience de ce qui est offert et donné dans l’unicité de l’esprit en le cœur !


Qu'est ce que c'est ce binz......???


_________________
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par karma djinpa gyamtso le Ven 08 Avr 2011, 21:55

Dans l'histoire le Dharma n'est pas en cause, la personne en question a été écartée du centre donc inutile de s'attarder sur le sujet ou de remuer ce qui sent mauvais Hid Rick.

Bonne soirée.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Sam 09 Avr 2011, 00:16

Bonsoir, “k. djinpa gyamtso”...
... « Dans l'histoire le Dharma n'est pas en cause... »
Ai-je laisser entendre cela ? que le Dharma devrait être remis en cause ? Justement, j’essaye avec sans doute beaucoup de maladresses et d’inconvenances aussi probablement j’en conviens, (suis un peu “ours” sur les bords... parfois), de bien faire le distinguo de ce qui nous est donné à vivre dans ce foutu monde “tel qu’il est” et ce que nous pouvons en extraire pour soi au profit de notre évolution spirituelle en propre qui est la seule chose sur laquelle nous pouvons avoir une certaine emprise dans la mesure où nous nous y attelons vraiment.
Par contre l’institutionnel et la hiérarchie de D.K.L., oui... là il y a une part de responsabilité déniée certes, mais indéniable, ce qui tout de même est quelque peu différent, non ?
Car pour avoir fréquenté assidûment D.K.L. des années 84 à 88/89, je puis dire que c’était inévitable qu’un jour ou l’autre, la “réalité intérieure” de certains, éclate au “grand-jour”, j’avais jaugé la situation déjà en 86, et m’était payé le culot d’en informer (excusez du peu !) le Shamarpa, régent en titre, avec son merveilleux traducteur de l’époque, le bon “Tashi”, des agissements obscurs, dissimulés et troubles de certaines personnes dans le centre sans préciser l’identité des “intéressés”, laissant à ses bon soins d’en savoir plus. Tout était bien loin d’être idyllique là-bas entre les régents et Lama Gendune, en particulier en été 86, puis fin décembre 87 quand j’ai rencontré le Taï-Situpa en particulier aussi. J’observai discrètement leurs rapports avec lui, et visiblement, ils n’étaient pas bon du tout ! Même fin été 89, quand je suis passé en coup-de-vent pour la dernière fois, rencontrer le Gyaltsapa (que j’avais déjà eu très longuement en entrevue privée, février 83 à Plaige, ainsi que K. Kalou R.) l’atmosphère était absolument détestable à D.K.L.
... « la personne en question a été écartée du centre donc inutile de s'attarder sur le sujet ou de remuer ce qui sent mauvais... »
Mais, ce n’est pas du tout mon propos ! J’écris que : il n’est pas forcément nécessaire “d’entrer en retraite” du genre pour être en face de soi, et je met en garde contre cette détestable idée reçu (et pas véhiculée innocemment !) et des écueils qui peuvent parfois être extrêmement dommageables aux personnes, et ce du fait que j’ai eu en correspondances des retraitant(e)s... il y a de cela bien des années, mais assez édifiantes tout de même... ce qui est fondamental dans le vajryana c’est d’avoir un authentique maître-vajra qui nous respecte et nous A/aime et avec qui on peu réellement “bosser” sur nous même, un parent donnerait sa vie pour son enfant, un maître-vajra aussi ! Et il n’y a pas que des parents à la hauteur, et des maîtres aussi !
Après c’est à nous qu’il incombe de travailler sur nous même, et nous devons être lucide, pour pouvoir avancer, faute de quoi tout peu devenir très très dangereux !
Voilà, je n’ai pas le goût de ce qui “sent mauvais”, tout comme je ne m’attache pas plus que cela à ce qui “sent bon” !
Bien fraternellement dans le “sain” Dharma.
Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Sam 09 Avr 2011, 17:25

Alors voilà, finalement que peut il s’être bien passé à cette époque charnière... !? des années en questions à D.K.L.
Le Shamarpa en titre, premier Régent de l’histoire de la prestigieuse Lignée de la “Kamtsang-Kagyu”, dépositaire historique des “Trois-secrets” du Karmapa qui remontait donc à “l’incarnation” de 1284, troisième dépositaire de la Lignée de Jowö Matipa de Lobrag le “laïc” traducteur de génie, à travers Dhagpo Lhaje le médecin devenu moine après le décès de sa femme et ses deux filles dans une épidémie.
Le premier Shamarpa était lui son aîné d’une année, né en 1283 à Pompor Gang, au Tibet.
Bon, il y eu l’histoire très tourmenté du Tibet, comme tous les peuples de la Terre !
En été 85, le Shamarpa dispensa nombres de transmissions, et enseignements à D.K.L., et promis de revenir l’été de l’année suivante pour des raisons de transmissions personnelles à ses disciples d’antan “reconnu(e)s”, et perdu de vue depuis le événements obscurs de 1695 et suite (naissance du 8éme Shamar-tulkü au nord du Népal) et démêlés du pouvoir central des Guéloud à Lhassa et les “pieux dévots” intégristes... nationalistes (pas vraiment “tendres” et emplis de compassion !) des territoires du fameux Tibet “interdit” aux étrangers... contentieux que les “démocraties” occidentales ne leur ont jamais passées... face aux “Han” du P.P.C. Chinois, l’Histoire des peuples quoi.
Eté 86, fin juillet le Taï-Sitoupa commence un cycle de transmission sur le “Tcha-djà Tchenpo” (Mahamoudra), début août Shamarpa prend le relais jusqu’à fin août, terminant le cycle du “Tcha-djà Tchenpo” le 19/20 août par la transmission de son propre Yoga-Racine assisté du Lama Shérab Gyaltsen.
Demande est faite publiquement au Lama Gendune, délégué de la Lignée à D.K.L. du XVIéme Karmapa, de compléter l’année suivante à la “shanga” présente les compléments techniques de ce qu’il venait de dispenser.
Lama Gendune donne ces compléments à “sa sangha” restreinte de, et autour de D.K.L. durant l’hiver 87 (3 janvier au 8 février)

http://camisard.hautetfort.com/media/00/00/af4bbfc850d7b7e0575f9c17e96b5848.jpg

http://camisard.hautetfort.com/media/02/02/fdfc24cfc38a32339d5e7b883491c760.jpg

http://camisard.hautetfort.com/media/01/02/1143113501.jpg

Ce faisant, il devint (sans doute plus au moins à son corps défendant le saura-t-on jamais très précisément ?) en complète forfaiture* totale au Shamarpa, voire au Karmapa, car je connaissais bien des personnes ayant rencontrées le XVIéme Karmapa, ce qui n’était pas mon cas, du moins en cette vie présente... et “physiquement” (le reste ne regarde que moi et mes intimes), et qui vivaient très éloigné de D.K.L., en particulier une sympathique mère et ses quatre jeunes et “adorables” filles du même âge à peut près que les nôtres, qui vivaient en Alsace ou Lorraine, je n’ai jamais su à ma grande tristesse et regrets ce qu’elles sont devenues...
La “congrégation” monastique de “Karmé Dharma Chakra” se constitua début des années 88, sur la rupture complète et totale des “samaya” du mandala-sacré de D.K.L. Dès lors, que pouvait on en attendre ! Ce qui devait advenir... voilà tout...

*Forfaiture, en droit féodal : grave manquement, car n’oublions pas les origines et de Lama Gendune (parlant qu’un dialecte de sa région d’origine) et du système féodal dans lequel il avait était formé et éduqué comme moine et Lama au Tibet de la première moitié du XX sciècle !

Alors bien à la tienne “Belzébuth” ! Inutile de se “scandaliser” ! Mieux vaut ne pas trop “rêver” sur le chemin de l’esprit, c’est comme “rêvasser” en haute-montagne, ça ne pardonne pas, ou pas très longtemps... !
Et mon fraternel salut en le “sain” Dharma ! N’ayant aucune prétention en rien, et à l’instar de “mon maître-Racine” Tashi Peljör un vrai yogi tantrique comme la Terre en a porté peu sans doute, mais assez pour que nous soyons tous encore sur cette Terre, je me bornerai à dire que je passe en fait mon temps, en dehors de déféquer, dormir et m’alimenter, à être probablement complètement “utile” à rien et quoi que ce soit (mais peut être pas à personne ! C’est mon souhait sincère).

Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.


Dernière édition par Hild-Rik le Dim 10 Avr 2011, 09:34, édité 1 fois
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7399
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Pema Gyaltshen le Sam 09 Avr 2011, 20:29

La retraite est la chose la plus naturelle du monde et est pratiquée dans toutes les traditions depuis toujours.

Il y a différentes formes de retraites.
Celles, collectives, de 3 ans 3 mois et 3 jours sont des retraites d'études et donc encadrées par des Maîtres dans des Centres bien répertoriés.
Nous en connaissons de très sérieux comme à Chanteloube.

D'autre part, il est habituel de faire des retraites de pratique en ermitage, avec seulement les enseignements de son Lama.
La durée étant variable à l'infini.



_________________

avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Le “Do-Dé-Gyen”...

Message par Hild-Rik le Dim 10 Avr 2011, 12:06

Bonjour,

... « La retraite est la chose la plus naturelle du monde et est pratiquée dans toutes les traditions depuis toujours.
Il y a différentes formes de retraites.
Celles, collectives, de 3 ans 3 mois et 3 jours sont des retraites d'études et donc encadrées par des Maîtres dans des Centres bien répertoriés.
Nous en connaissons de très sérieux comme à Chanteloube. ... »

Oui, j’en suis bien convaincu... qu’il y a des personnes “sérieuses”, trop d’ailleurs peut être !? Mais c’est une autre question... ;-)
Ce qui est vraiment “naturel” et “universel” , c’est l’aspiration, la quête à “l’initiation”, qui est un besoin vital pour notre jeunesse moderne actuelle (voir à ce sujet l’écrit fulgurant J.Kornfield, au chapitre “Les Feux de l’Initiation”, dans son livre « Après l’extase, la lessive »... p. 80 et suite en particulier).
Nous pouvons faire de notre vie de “laïc” une retraite, pourvu que nous ayons le “bon(ne) maître” qui va nous “initier” et engager en nous le processus de l’auto-initiation, qui va nous suivre, Lui ou Elle qui d’un seul regard, de quelques moments passés en intimité sans aucune autre personne que lui et vous dans le Grand-Silence, il ou elle sache qui vous êtes et où vous en êtes dans vôtre “quête”, et vous assurera de son A/amour au-delà de sa propre mort et de la notre, qu’il ne nous “lâchera” jamais, et même si nous devions par quelque extraordinaire “lui tourner le dos”, il saura bien nous retrouver tôt ou tard au fond de nous même, cela s’appelle “la confiance en la grâce spirituelle”, et apprendre l’art de s’y abandonner en toute conscience forte, vigilante et limpide.
Les temps de “retraites” plus formelles*, aussi importantes et sans doute parfois nécessaires, sont elles soumisse à la contingence et est très secondaire et ne prouvent rien en elles-même sur notre propre évolution spirituelle.
... « Il vaut mieux rester si nécessaire un temps dans une grande cité si cela doit apporter un sens et un soulagement à la difficulté ne ce serai-ce que d’un seul être que de passer sa vie en “retraite formelle” pour des ambitions et vue personnelles... » voilà ce qu’enseignait le Khempo Tsultrim Gyamtso sur la transmission du “Do-Dé-Gyen” (l’ornement des soutras) en juillet 1982 à Plaige en Bourgogne, c’est très clair, non ?
Et c’est généralement au crépuscule de notre vie que nous nous rendons compte, si nous avons ou pas perdu notre temps, celui des autres, que nous nous sommes “emmerdé” pour des nèfles ou pas perdu notre temps, et surtout si nous avons fait “caguer” les autres pour l’idée que nous nous faisions de notre “quête intérieure”, et ce jusqu’à leur totale et complète ulcération, où si nous allons partir dans le “Grand-voyage” vers notre propre lumière en laissant propre derrière soi, laissant le souvenir du dévouement, de l’A/amour, de la bienveillante et ferme sagesse, même si nous avons parfois été induit dans l’erreur, dans l’impasse, complètement “planté”, le “bug”, dans l’incompréhension, sujet à nos propres “tourments” et carence d’être, mais au moins, au moins qu’il puisse être ressenti par ceux qui lui faisait confiance, il ou elle nous à A/aimé au-delà de sa propre personne... car c’est de cela dont il s’agit ! Le reste “on s’en tape !”.

* (Je ne sais si, à notre époque de tensions et précarité de l’emploi en notre pays de France, ça “donne” sur un C.V. professionnel une retraite de 3,3,3... !? Quoi qu’il en soit cela ne peu être ni la bonne formule pour bien des personnes, ni un gage d’aboutissement quelconque flagrant de quoi que ce soit ! Et si la “spiritualité du vajrayana” en notre bon pays doit être considérée comme l’apanage exclusif du monacal végétaliste plus ou moins bien “lissé” et bien hiérarchisé, et des centres “bouddhoïdes”, alors il n’y a pas de souci, je la leur laisse, et ne serai pas vraiment “jaloux”... sans regrets vraiment non plus ! Et j’ai maintenant beaucoup de temps devant, oui vraiment beaucoup de temps devant... ! )

Bien à vous toutes et tous, et bon dimanche...

Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Age : 58
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Disposition de l'Esprit : attentive et ouverte
Appréciations : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Sourire le Dim 10 Avr 2011, 14:53

Hild Rik a dit :
Oui, j’en suis bien convaincu... qu’il y a des personnes “sérieuses”
Moi aussi j'en suis convaincue.

Je n'ai jamais reçu aucun enseignement, mais je peux te confirmer que ce que tu appelles la grâce, vient te chercher lorsque tu ne l'attendais pas, et qu'elle peut t'apparaître si extraordinaire, qu'elle en semble presque incroyable, et pourtant elle existe et se manifeste très concrètement en ouvrant en soi, cet espace de confiance infini, inconditionnel et si simple.

Accepter de se reposer en cet espace, s'abandonner sans peur est l'amour véritable: il n'y a plus de haine, plus de reproche, il n'y a que la paix. Cet espace est libre et ne dépend d'aucun enseignement, il ne dépend que de soi et de sa propre ouverture dans l'acceptation de déposer les armes, car l'on ne peut accéder à la paix en faisant la guerre.


sunny sunny sunny sunny
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par karma djinpa gyamtso le Dim 10 Avr 2011, 15:05

Tout a fait sourrire seulement l'état dont tu parles ce n'est pas la liberation.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Foi et crédulité...

Message par Hild-Rik le Mar 12 Avr 2011, 11:49

Bonjour,

... « Je n'ai jamais reçu aucun enseignement, mais je peux te confirmer que ce que tu appelles la grâce, vient te chercher lorsque tu ne l'attendais pas, et qu'elle peut t'apparaître si extraordinaire, qu'elle en semble presque incroyable, et pourtant elle existe et se manifeste très concrètement en ouvrant en soi, cet espace de confiance infini, inconditionnel et si simple.
Accepter de se reposer en cet espace, s'abandonner sans peur est l'amour véritable: il n'y a plus de haine, plus de reproche, il n'y a que la paix. Cet espace est libre et ne dépend d'aucun enseignement, il ne dépend que de soi et de sa propre ouverture dans l'acceptation de déposer les armes, car l'on ne peut accéder à la paix en faisant la guerre.»...
————————————
... « Tout a fait sourire seulement l'état dont tu parles ce n'est pas la libération. »

— Oui, en fait si je puis me permettre d’avoir une appréciation d’expérience vécue à ce sujet sans aucune prétention de ma part (quand nous avons rencontré pour la première fois Khyabjé Kalou R. en février 83), je dirai qu’il s’agit plus probablement de “ La connexion” effective et de la réelle prise de conscience de “l’entrée dans le chemin” de notre propre réalité spirituelle intérieure... étape capitale et décisive qui va “initier” la suite du mouvement de l‘énergie du souffle de cet esprit vers sa réalisation de la vacuité-lumineuse d’A/amour...
Quoi qu’il en soit, je dirai que sur le “post” d’origine, ce dont il était question en filigrane c’est de la déviance certaine d’une poignée d’individualités qui c’est arrogé par manipulations, intrigues et roublardises, sur une notion “d’être un groupe d’élu(e)s”, une véritable subversion grave.
J.Kornfield, dans « Après l'extase, la lessive », p. 226 où il fait allusion aux organisations "initiatiques" du bouddhisme de forme tibétaines, sans les nommer précisément :
... « Dans les communautés où les "pouvoirs spirituels spéciaux" sont hautement considérés, les étudiants doivent particulièrement faire attention : lorsque l'on fait appel à des enseignements "secrets", où des "lignées anciennes", lorsque un groupe est "choisi" pour être "sauvé ou éveillé", à l'encontre du monde du "vulgus", ces communautés sont mûres pour devenir des sectes » ...
— et là je dirais qu'elle sont encore bien pire que de vulgaires sectes, elles deviennent une espèce de perversion d'une "tradition initiatique authentique" à rebours... le pire qui puisse s'imaginer dans ce domaine... de véritables "Vlad de Transylvanie" de la spiritualité, présentement peu au prou “une communauté religieuse déchue” plus au moins selon les uns et les autres, c’est évident, mais la “fissure” est belle et bien là !
Ce dont le Shamarpa en titre, était relativement conscient lors de notre dernière et très brève entrevue début été 88 à D.K.L., puisque il avait publiquement déclaré à l’assemblée présente que (je le cite) :
... « jusqu’ici le Bouddhisme-Vajrayana n’a jamais été une secte...» ...
ce qui en disait quand même assez long sur ce qui ce passait à ce moment là... Après les conclusions et décisions qu’il en a tirés, cela ne regarde que lui dans son entière autorité temporelle en tant que Premier Régent de la Lignée Kamtsang-Kagyu, et les faits que nous voyons au fil du temps de ce qui ce passe dans cette Lignée... disent qu'elle est “malade”, malade d’elle-même..., de nous-même et de son histoire.
Ajahn Sumedho, dans ces années là avait fait paraître un article « Foi et crédulité », dans lequel il disait :
... « Il y a la Vérité. La Vérité est la Vérité !
Et puis il y a “notre vérité”. Elle est une “croyance”, et, est-elle l’objet de notre A/amour et foi en notre entreprise, où le résultat de notre crédulité et nos diverses fourberies manipulatrices ? »...

Bien fraternellement dans le “sain” Dharma.
Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Foi et crédulité... suite et fin

Message par Hild-Rik le Mar 12 Avr 2011, 17:07

re-bonjour,

Donc... voici le texte intégral de l’article de Ajahn Sumedho, p. 43 et 44 de la revue trimestrielle de "CHÂN LY", dont l’extrait qui suit, m’avait été gracieusement donné par une femme, mère de famille d’enfants du même âge que les notre, (liée à la famille princière du Laos) exilée en Touraine à Joué-les-Tours en Indre-et-Loire vers les années 1985, Boun Phaï, dont j’ai hélas perdu là aussi la trace dans les événements tourmentés de ces années où je m’occupai encore plus au moins avec Gilles T., d’un centre de Khyabjé Kalou R. à Tours, « Dé-Tchen-Ling », à la demande de J.-C. A., qui était parti en retraite de 3,3,3 à Plaige en Bourgogne, dont la “sortie” c’est faite fin automne/début hiver 87, par Lama Gendune appelé en catastrophe, K. Kalou R. et Bokar T. et Khempo Denyeun, s’étant “éclipsés” quinze jours trois semaines avant au vu de l’ambiance délétère qui régnait déjà là-bas !

... « Nous naissons ignorant(e)s. Instinctivement nous “voulons” prendre le sein de notre mère et coller notre bouche sur ce doux téton nourricier salvateur et rassurant. Nous dormons, nous pleurons si nous avons mal ou si nous sommes dans l’inconfort. Puis nous commençons à mobiliser nos muscles, nous gardons notre tête droite, nous nous retournons, nous “rampons”, nous nous agrippons pour nous tenir debout, nous marchons enfin ! Et puis nous pouvons courir. En même temps nous commençons à nous exprimer : sourires et rires pour montrer notre contentement, cris et pleurs pour manifester notre contrariété. Enfin nous apprenons à parler, et c’est le vrai début de l’apprentissage de la vie “sociale”.
Au fur et à mesure que nous grandissons, nos connaissances dans tous les domaines s’accumulent, et à un instant donné notre savoir est la somme des connaissances acquises jusqu’à cet instant. De quoi ce compose ce savoir ? Premièrement, des données recueillies par les sciences humaines sur lesquelles nous sommes à peu près tous d’accords. Deuxièmement, des usages et des coutumes qui varient selon notre appartenance à une ethnie ou une autre. Et troisièmement, des “opinions”, source et cause de nos divergences, nos oppositions, nos querelles parfois. A l’intérieur de cette catégorie, attardons-nous un instant sur les “opinions religieuses” (ou “métaphysiques), car elles influent sur notre vie en conditionnant notre “optimisme” ou notre “pessimisme”, notre espérance ou notre désespoir, donc notre sentiment de bonheur ou de malheur.
Chez les “adultes” que nous sommes, qu’est-ce qui détermine le choix d’une opinion plutôt que d’une autre ? C’est notre passé qui nous oriente, notre choix, mais c’est surtout notre “désir... veut” (conscient plus ou moins) qui fait de ce qui n’était qu’options préférentielles, devenir des convictions irréductibles. Nous supposons vraies des choses dont la validité est encore à vérifier par nous même. Si nous gardons à l’esprit en vigilance que cela reste jusqu’à l’expérience “in-vivo”, que ce ne sont que des suppositions, tout va bien. Le grave danger lui survient quand nous intégrons ces opinions comme une part irréductible de ce que nous considérons à tord ou à raison “nous-même”. Piégé dés lors par l’avidité du désir et du “corps de peurs”, nous en venons à raisonner faussement et notre raison nous fournit toujours et en abondance des arguments favorables à nos hypothèses dés plus fumeuses en occultant là aussi toujours très soigneusement les arguments qui sont défavorables. Ainsi bardé de nos certitudes erronées, nous fréquentons les gens nantis des mêmes erreurs que celles que nous nourrissons en nous et nous nous éloignons des autres qui eux, peuvent être (et nous l’ignorons volontairement plus moins malhonnêtement) dans le vrai. Quel triste gâchis ! En fin de compte, notre véritable “ennemi” sont moins les charlatans de tous bords ou les “faux prophètes” plus ou moins institutionnalisés, qui cherchent à nous séduire avec leur boniments à dormir debout, que notre soif insatiable, notre néant d’être avide, cette ambition secrète, inavouable, cet “obscur côté” de notre personnalité d’où est absent cet oblatif de l’A/amour sage. C’est ce “creux abyssal” en nous qui engendre notre stupide crédulité et nous engage dans des impasses à répétitions.... !
Que faire alors ? Faut-il dés lors se méfier de toutes les “croyances”, rejeter tous les préceptes et hésiter toute sa vie, ballotté entre les doctrines aux dogmes souvent contradictoires ? La réponse est bien évidemment non ! Car l’issue existe, il suffit de ne pas la manquer. Aujourd’hui encore les sciences humaines n’apportent pas toutes les réponses satisfaisantes loin s’en faut à tous nos questionnements. Donc sur celles qui nous préoccupent le plus, nous devons choisir les hypothèses les plus plausibles et les moins contraignantes qui guiderons à la fois nos choix et notre raison, ainsi que notre volonté de nous libérer de nos chaînes. Qu’est-ce que la foi si au lieu de nous détacher de nos liens, elle nous enferme davantage dans l’obscurité et la servitude, voire la paranoïa !? Notre destinée d’être humain est de voir clairement et froidement en toute "lucidité compassionnelle", la réalité en face et de devenir des “êtres libérés” vraiemnt adultes.
La vraie foi est celle qui nous permet de tendre vers la sagesse et la liberté intérieure. Elle doit être fondée sur notre sincérité envers nous-même en premier lieu. Si nous nous mentons à nous même, nous-nous trompons nous-même et jamais nous n’échapperons de “l’enfer de notre absence de savoir ce qui est”. Par contre, si nous apprenons à considérer lucidement nos sentiments et nos pensées, notre foi devient l’expression de notre tempérament, elle nous console quand nous sommes déprimé et nous revigore quand nous sommes affaiblis. Si la crédulité est le handicap du paresseux entêté, la foi est la principale qualité du disciple qui apprend, elle l’aide à mieux vivre parfois l’invivable, et qui sait vraiment, elle peu permettre parfois de réussir là même quand l’on croit avoir déjà tout perdu.

Bien à vous.
Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 56
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par hananou le Mar 12 Avr 2011, 19:24

Par contre, si nous apprenons à considérer lucidement nos sentiments et nos pensées, notre foi devient l’expression de notre tempérament, elle nous console quand nous sommes déprimé et nous revigore quand nous sommes affaiblis. Si la crédulité est le handicap du paresseux entêté, la foi est la principale qualité du disciple qui apprend, elle l’aide à mieux vivre parfois l’invivable, et qui sait vraiment, elle peu permettre parfois de réussir là même quand l’on croit avoir déjà tout perdu.
-----------------------------------------------------
C est tout à fait vrai je me réjouis de lire cela


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Age : 58
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Disposition de l'Esprit : attentive et ouverte
Appréciations : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Sourire le Mar 12 Avr 2011, 19:49

Hild Rik a dit :

En fin de compte, notre véritable “ennemi” sont moins les charlatans de tous bords ou les “faux prophètes” plus ou moins institutionnalisés, qui cherchent à nous séduire avec leur boniments à dormir debout, que notre soif insatiable, notre néant d’être avide, cette ambition secrète, inavouable, cet “obscur côté” de notre personnalité d’où est absent cet oblatif de l’A/amour sage. C’est ce “creux abyssal” en nous qui engendre notre stupide crédulité et nous engage dans des impasses à répétitions.... !
Que faire alors ? Faut-il dés lors se méfier de toutes les “croyances”, rejeter tous les préceptes et hésiter toute sa vie, ballotté entre les doctrines aux dogmes souvent contradictoires ?




Il y a en nous un vide, un sentiment de vacuité qui tend toujours vers l'expression personnelle et le plaisir, et qui suscite la peur de ne pas pouvoir les assouvir complètement, d'où une résistance, une agressivité. Nous nous efforçons de combler ce vide intérieur, cette vacuité, ce sentiment d'isolement total et de solitude - que vous avez déjà éprouvé, j'en suis sûr - par les livres, le savoir, les relations, et toutes formes d'artifices ; mais, au bout du compte, il y a toujours ce vide impossible à remplir.

Nous nous tournons alors vers l'ultime recours - Dieu.

Tant qu'existe cette vacuité, ce sentiment d'un vide insondable, la beauté, l'amour sont-ils possibles? Si l'on a conscience de ce vide, et qu'on n'arrive pas à lui échapper, que faire alors? Pour le combler, on a tout essayé - les dieux, le savoir, l'expérience, la musique, les tableaux, et toutes sortes de moyens technologiques d'information ; et cela nous occupe du matin au soir.

Lorsqu'on réalise que personne ne peut combler ce vide, on voit l'importance du problème. Si vous cherchez à le combler grâce à ce qu'on appelle une relation avec une autre personne, ou avec une image, il s'ensuit une dépendance, la peur de perdre, puis une possessivité agressive et de la jalousie, avec toutes leurs conséquences. Alors, se demande-t-on, ce vide pourra-t-il jamais être comblé par quoi que ce soit? Par une activité sociale, de bonnes œuvres, la vie monastique, la méditation, les pratiques visant à affiner notre conscience?

Quelle absurdité! S'il est impossible de le combler, que faire alors? Comprenez-vous l'importance de cette question? Malgré nos efforts, rien ne réussit à combler ce vide: ni ce qu'on appelle le plaisir, ni l'expression personnelle, ni la recherche de la vérité, ni Dieu ; pas plus que l'image que l'on se fait de soi-même, celle qu'on s'est créée du monde, nos idéologies - rien n'y fait. On s'est donc servi de la beauté, de l'amour et du plaisir pour masquer ce vide ; mais si l'on cesse de vouloir lui échapper, et qu'on demeure avec lui, que va-t-il nous arriver?

Qu'est-ce donc que cette solitude, ce sentiment d'un immense vide intérieur? Qu'est-il, et pourquoi se manifeste-t-il? Serait-ce parce que nous voulons le fuir, nous en évader, qu'il existe? Serait-ce parce qu'il nous fait peur? N'est-ce en fait qu'une notion abstraite du vide, auquel cas l'esprit n'est jamais en contact, jamais en relation directe avec ce qui est réellement?

Je découvre cette vacuité en moi et je cesse de fuir, car c'est un acte tellement puéril. J'ai conscience de ce vide, il est là, et rien ne peut le remplir. Et je me demande: comment est-il né? Toute mon existence, toutes mes activités quotidiennes, toutes mes théories, etc. - tout cela en serait-il la cause? Serait-ce que l'ego, le « moi » - peu importe le terme - ne cesse de s'isoler dans toutes ses activités? Le « moi », l'ego, de par sa nature même, nous isole, nous divise.

Toutes ces activités ont créé en moi cet état d'isolement, de vacuité profonde - ce vide est donc un résultat, une conséquence, et non un état naturel. Je vois que tant que mon activité restera axée sur l'ego et l'expression de l'ego, ce vide sera inévitable ; je vois aussi que, pour le combler, je fais des efforts de toute sorte, ce qui est, là encore, d'ordre égocentrique - et le vide se fait de plus en plus vaste, de plus en plus profond.

Est-il possible de transcender cet état? Pas en voulant s'en évader, ni en disant: « Je ne serai plus égoïste. » Dire cela, c'est déjà être égoïste. Lorsqu'on mobilise sa volonté pour contrer l'activité de l'ego, cette volonté même est facteur d'isolement.
Siècle après siècle, l'esprit a été conditionné à exiger une sécurité, à vouloir être rassuré ; il s'est forgé, physiologiquement et psychologiquement, un mode d'activité égocentrique ; et cette activité envahit la vie quotidienne - c'est ma maison, mon travail, mon bien: voilà l'origine de ce vide, de cet isolement. Comment cette activité peut-elle prendre fin? Est-ce envisageable, ou ne faudrait-il pas plutôt ignorer cette activité, et insuffler à l'esprit une qualité d'une tout autre nature?

Donc, ce vide, je le vois, je vois comment il est né, je me rends compte que la volonté ou toute autre activité tendant à faire disparaître le facteur responsable de cette vacuité n'est qu'une autre forme d'activité égocentrique. Je vois tout cela très lucidement, très objectivement, et je réalise soudain que je ne peux rien y faire. Auparavant, j'essayais d'agir, en fuyant ce vide ou en tentant de le combler, de le comprendre, de l'examiner, toutes choses qui ne sont que d'autres formes d'isolement.

Mais je réalise soudain qu'il n'y a rien à faire, que plus j'agis, plus je dresse un mur d'isolement. L'esprit lui-même réalise qu'il ne peut rien faire, que la pensée est impuissante, car toucher à cette vacuité, c'est l'engendrer de nouveau. Ainsi, en observant avec le maximum de soin et d'objectivité, je perçois tout ce processus, et cette perception fine et aiguë suffit en soi. Voyez ce qui s'est produit: je gaspillais auparavant beaucoup d'énergie à m'agiter en tout sens, mais à présent j'en vois l'absurdité - l'esprit saisit très clairement à quel point c'est absurde.

Donc, je ne gaspille plus aucune énergie. La pensée se calme, se tait, l'esprit devient tout à fait immobile: tout étant décrypté, le silence s'installe. Dans ce silence, il n'est point de solitude. Avec ce silence, ce silence total de l'esprit, viennent la beauté et l'amour - qui peuvent s'exprimer, ou s'abstenir de toute expression.
(…)
Il y a donc la félicité - qui se situe bien au-delà du plaisir ; il y a la beauté, qui n'est pas l'expression d'un esprit habile, mais qui est la beauté propre à l'esprit qui est parfaitement silencieux. Il pleut, on entend tambouriner les gouttes d'eau. Vous pouvez écouter avec l'oreille, ou bien à partir de cet immense silence qui s'est fait en vous. Si vous écoutez la pluie à partir de ce silence total de votre esprit, la beauté en est telle qu'aucun mot, aucune toile, ne saurait l'exprimer, car cette beauté transcende toute forme d'expression.

L'amour, c'est évidemment la félicité suprême, qui n'est pas de l'ordre du plaisir.

J Krishnamurti



La foi apparait dans l’absence du besoin de croire, aucun dogme ne peut générer la foi : parce que celle-ci représente l’espace infini de l’Amour absolu, au-delà de toute recherche.



sunny sunny sunny
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Mar 12 Avr 2011, 22:56

Bonsoir,

... « je ne gaspille plus aucune énergie. La pensée se calme, se tait, l'esprit devient tout à fait immobile: tout étant décrypté, le silence s'installe. Dans ce silence, il n'est point de solitude. Avec ce silence, ce silence total de l'esprit, viennent la beauté et l'amour - qui peuvent s'exprimer, ou s'abstenir de toute expression.
...
L'amour, c'est évidemment la félicité suprême, qui n'est pas de l'ordre du plaisir. »

— Voilà, nous avons là le descriptif de la part de Jiddhu Krishnamurti, du yoga de la béatitude, et son accomplissement, lui qui médita plusieurs heures par jours, toute sa vie sans doute.
Le yoga de “tougm-mo” donne cette qualité unique, cette capacité à engendrer une béatitude tellement inconcevable que notre esprit n’a plus qu’un souhait, demeurer dans le centre de cette “ardence” où tout ce dissous, et il n’a aucune autre envie d’aller chercher quoi que ce doit d’autre, notre principe conscient il y est stable et bien. Ainsi en nous procurant une satisfaction intérieure physiologique, psychologique et physique complète, le feu intérieur consume tous les flux d’insatisfactions générés vers une “extériorisation”.
En tout état de cause, comment cet esprit qui est notre, voudrait-il quitter cette “roue-sacrée” où siège le maître-Racine ? L’esprit, si les principes qui le véhicule ne bougent pas, cet esprit reste paisible et calme, comme la surface lisse d’un étang qui brille au couchant.
Il n’y a d’ailleurs pas d’autres alternatives. De cette façon, avec la méditation de “tougm-mo”, nous atteignons le samadhi indestructible (vajra) hors du champ de la dualité.
Il est bien évident que cela ne se “réalise” pas du jour au lendemain, c’est un travail plus ou moins long sur soi... de dépouillement total de ce à quoi nous nous identifions jusqu’à l’extinction, pour porter la nature de notre originalité manifesté comme un ornement.

Bien fraternellement dans le “sain” Dharma.
Lama khyen !
Hilde-Rik, “naljorpa-idiotas”, errant sur les bords du Grand-Rien.
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Ven 15 Avr 2011, 10:43

...


Dernière édition par Hild-Rik le Ven 15 Avr 2011, 10:58, édité 1 fois
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Jiddhu Krishnamurti

Message par Hild-Rik le Ven 15 Avr 2011, 10:44

Bonjour “sourire”,

Pourriez-vous rappeler les références du livre où je sais avoir lu ce passage, pour mon travail en cour, car présentement je suis incapable du me souvenir du quel c’est, “ Se libérer du connu” peut être ?
Merci par avance, et bonne journée...
avatar
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Age : 58
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Disposition de l'Esprit : attentive et ouverte
Appréciations : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Sourire le Ven 15 Avr 2011, 12:31

Bonjour Hild Rik

il s'agit d'un extrait du 6è entretien de Saanen, le 18 juillet 1968.

Les entretiens de Saanen sont contenus dans l'ouvrage édité sous le titre "Au seuil du silence".


Bonne journée



sunny sunny
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Dim 17 Avr 2011, 12:33

Bonjour “sourire”,

Merci de me répondre... c'est sympa., à l'occasion, en optionnel... ;-), si vous aviez la ou les pages... mais bon déjà il faut que je retrouve le livre dans toutes mes affaires... !

Bonne journée à vous et tous le monde...
avatar
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Age : 58
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Disposition de l'Esprit : attentive et ouverte
Appréciations : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Sourire le Dim 17 Avr 2011, 14:00

Pardonnez moi Hild Rik,

j'ai beaucoup de livres et celui-ci est dans une caisse.....
voici une adresse sur le web qui vous permettra de retrouver ces entretiens

http://nous-les-dieux.org/Krishnamurti/1960%27s/Au_Seuil_du_Silence/Jiddu_Krishnamurti_1968_Au_Seuil_du_Silence_11

Bonne journée
avatar
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Age : 58
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Disposition de l'Esprit : attentive et ouverte
Appréciations : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Sourire le Dim 17 Avr 2011, 14:23

Je suis allée la cave....exhumer ce livre..,

L'extrait cité est issu de la page 141 à 144,
Au seuil du silence. Editions le courrier du Livre-Paris-

Cordialement

sunny
avatar
Hild-Rik
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 64
Contrée : Aveyron-France
Arts & métiers : retraité
Disposition de l'Esprit : L'écoute du Grand-Silence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/05/2010

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Hild-Rik le Mar 19 Avr 2011, 09:37

Bonjour “sourire”,

Merci infiniment, pour votre sollicitude et diligence... je suis un peu dans la même situation, ayant emménagé au printemps 2009 (beaucoup à faire depuis), et je n’ai pas encore tout rangé mes cartons de bouquins... et je ne sais même plus trop où ils sont exactement pour certains !
Votre gentillesse et serviabilité sont effectives...

Bonne journée... bien cordialement.

Contenu sponsorisé

Re: Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 19 Sep 2017, 13:38