Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Les posteurs les plus actifs du mois

Derniers sujets

» Stéphane Arguillère
Aujourd'hui à 20:12 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 18:35 par manila

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Aujourd'hui à 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Hier à 18:11 par tindzin

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Hier à 17:27 par Admin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Dim 18 Juin 2017, 12:10 par manila

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 18 Juin 2017, 09:45 par Pema Gyaltshen

» Dhammapada
Dim 18 Juin 2017, 08:24 par vaygas

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» Présentation
Lun 12 Juin 2017, 15:03 par manila

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Ven 09 Juin 2017, 09:19 par Ortho

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Prensentation
Dim 04 Juin 2017, 21:18 par seve

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Totalement perdue..
Mer 31 Mai 2017, 13:51 par Akana

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Présentation
Dim 28 Mai 2017, 18:24 par vaygas

» Presentations
Dim 28 Mai 2017, 10:20 par Akana

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Ven 26 Mai 2017, 16:16 par Admin

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 44 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 42 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, tindzin


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92444 messages dans 10769 sujets

Nous avons 4051 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Al-Hex


La voie de la non violence pour le Tibet.

Partagez
avatar
Invité
Invité

La voie de la non violence pour le Tibet.

Message par Invité le Jeu 16 Juin 2011, 07:33

La non-violence, seule voie de libération pour le Tibet, conférence de Samdhong Rinpoché

La question tibétaine est envisagée par un maître spirituel tibétain, du point de vue du karma et de la compassion. Il faut savoir témoigner une compassion extrême vis-à-vis des Chinois qui, depuis cinquante ans, ont fait preuve d’une totale inhumanité dans le pays qu’ils occupent.


Par Sofia Stril-Rever

Conférence de SAMDHONG RINPOCHE

président du Parlement tibétain en exil,

directeur de l’Institut de Hautes Etudes Tibétaines de Sarnath

organisée par l’association FRANCE-TIBET

Traduction française : Claude Arpi

Université de Paris-IV Sorbonne, amphithéâtre Descartes

le 16 octobre 2000


Conférence ou enseignement ?


On appelle « enseignement » dans le bouddhisme le discours d’un maître appelé à faire prendre conscience à son auditoire de vérités qui ne sont jamais purement théoriques, mais appellent à la réflexion de chacun. Il y a trois temps dans un enseignement, premièrement le temps de l’écoute, deuxièmement le temps de la réflexion et troisièmement le temps de la mise en pratique de la compréhension intime du sens de l’enseignement.

A la différence de l’enseignement, la conférence n’implique pas forcément le troisième temps. On vient à une conférence pour enrichir sa connaissance d’un sujet et pour s’informer. Le public ne reconnaît pas nécessairement au conférencier la qualité de maître susceptible d’induire un changement intérieur, de transformer notre vie. Alors que le bouddhiste écoute un enseignement pour avancer sur la voie spirituelle, ce qui implique un autoexamen et une transformation des émotions, des pensées, de toute la personnalité.

La question s’est posée hier : conférence ou enseignement ? On avait annoncé une conférence. Mais les propos de Samdhong Rinpoche ont été ceux d’un maître spirituel qui a donné un enseignement sur la non-violence. Or si la question peut ainsi se poser, cela tient à la particularité du problème tibétain. Au Tibet, dont le chef temporel est aussi un chef spirituel aujourd’hui mondialement reconnu et aimé, on ne peut séparer religion et politique. Dans l’histoire de cette nation, l’une et l’autre sont indissociables. La Chine le sait bien puisque le fait de posséder un portrait du Dalaï-Lama a été décrété « Crime contre la sûreté de l’Etat », passible de torture et de plusieurs années d’emprisonnement. L’identité tibétaine se reconnaît dans la pratique du bouddhisme incarné en un chef religieux. Et, depuis la Révolution culturelle, les campagnes de rééducation visant à éradiquer le séparatisme ou la revendication identitaire ont principalement frappé les monastères, avec un regain de persécution ces mois derniers.

Devant une banderole représentant au centre le Onzième Panchen Lama, le plus jeune prisonnier politique du monde, avec à gauche un résistant tibétain poing levé, et à droite le drapeau tibétain, Samdhong Rinpoche n’a pas parlé en militant de la cause de son peuple. Il a invité chacun à examiner les causes de la violence et à les éliminer, dans le cadre d’une thématique du « désarmement intérieur » prôné par le Dalaï-Lama.

Un karma négatif, cause de la perte du Tibet


Samdhong Rinpoche a tout d’abord rappelé l’extrême souffrance endurée par les Tibétains pendant 50 années d’oppression chinoise. Un tiers de la population est morte des suites de l’occupation, il n’y a pas historiquement l’exemple équivalent d’une telle destruction d’un peuple. Le Tibet dans son histoire, qui commence en 27 avant J.C., jusqu’en 1951, a toujours été une nation souveraine et indépendante, exception faite de 20 années d’occupation mongole au XIII° siècle. Le peuple tibétain devrait donc jouir pleinement de son droit à l’autodétermination. Mais aujourd’hui ce droit est bafoué, il subit une occupation étrangère.

Le Tibet est un pays totalement consacré à la préservation de valeurs spirituelles, depuis le VII° siècle, date de l’introduction du bouddhisme. Venu de l’Inde, le bouddhisme a apporté les valeurs de la compassion, la bonté et l’amour, essence des enseignements bouddhistes. Avalokiteshvara, bodhisattva de la compassion infinie, incarne la compassion de tous les Bouddhas envers tous les êtres sensibles. Or le Dalaï-Lama est vénéré comme l’incarnation, au plan terrestre, d’Avalokiteshvara. C’est donc la compassion que les Tibétains ont choisie comme chef de leur nation.

Cela ne veut pas dire que les Tibétains seraient exempts de violence, de haine ou de cupidité. Les émotions négatives et la violence ont aussi fait partie de l’histoire de ce peuple qui avait choisi la compassion incarnée pour le guider. Et si le Tibet est aujourd’hui un pays occupé, la faute en revient aux Tibétains, à un mauvais karma qu’ils ont créé. La souffrance de ce peuple martyre est de nature karmique, de ce fait l’expérience en est inévitable. Les Chinois sont entrés au Tibet par la force, ils y font régner la répression et la torture. Toutes les souffrances, celles des Tibétains comme des Chinois, proviennent d’un karma de violence.

La solution à la violence ne peut être que la non-violence


Pourtant, prévient Samdhong Rinpoche, on aurait tort de considérer ce qu’endurent actuellement les Tibétains comme un cas isolé et particulier. Il faut l’analyser à la lumière de ce qui se passe dans la communauté universelle que forme aujourd’hui l’humanité. Le problème tibétain se reproduit en effet à l’échelle planétaire et c’est le problème de l’humanité dans son ensemble. Or si l’on cherche à identifier la cause et la nature réelles du problème, on trouve la violence. Donc la solution à la violence ne peut être que dans son opposé, la non-violence.

C’est un fait que lorsqu’une maison brûle, on n’éteint pas l’incendie en l’attisant, par exemple en versant de l’essence. Pour lutter contre le feu, on utilise le contraire du feu, on a recours à l’eau. De même, la violence ne peut être résolue que par la non-violence.

Samdhong Rinpoche insiste : il parle ici de faits et non de religion ou de philosophie. Historiquement on a vu que dans l’Inde occupée par les Britanniques, les luttes armées et les émeutes pour la liberté n’ont jamais abouti. C’est l’action non-violente de Gandhi qui a triomphé. Il y a d’autres exemples encore, comme ceux de Martin Luther King aux Etats-Unis ou de Nelson Mandela en Afrique du Sud. Les problèmes raciaux ont pu être résolus pacifiquement par la non-violence.

Beaucoup pensent que Gandhi a pu réussir parce que son ennemi était l’Angleterre, un pays de droit. Ils disent que les Tibétains n’ont aucune chance avec la non-violence contre la Chine, pays de non droit d’un peuple cruel. Je ne suis pas convaincu par cet argument. Il n’y a pas de demi-mesure dans la violence, il n’importe pas qu’elle soit commise par un peuple qui serait plus ou moins puissant. On ne peut pas dire que parce que la Chine est très forte elle ne comprendra pas le langage de la non-violence.

Une non-violence pure et complète


Ce qui importe est de développer une non-violence pure et complète. Seule cette non-violence authentique peut s’opposer et triompher de toutes les formes de violence, qu’elles proviennent de peuples puissants ou non. Ce n’est pas une question de loi ou de pouvoir, le seul antidote à la violence est la non-violence. Une non-violence de tout son être, il faut se donner totalement à la non-violence.

La non-violence est plus forte que la violence, elle nécessite le plus héroïque des courages. Ce n’est pas l’arme des faibles. La violence naît d’émotions négatives, la non-violence d’émotions positives. La non-violence n’est pas l’attitude des lâches. Elle est en résonance avec notre nature humaine profonde, la nature de Bouddha en nous.

Les actions non-violentes sont celles d’un esprit rempli de compassion et les Tibétains doivent, vis-à-vis des Chinois, engendrer une compassion extrême. Il faut savoir leur témoigner le plus haut degré d’amour et de compassion en raison des atrocités et des fautes qu’ils ont commises. L’inhumanité provient de l’ignorance et les ignorants méritent la plus grande des compassions.

Aujourd’hui la violence ne fait que croître au sein de la communauté humaine. Il y a à cela une série de facteurs. Premièrement, le nationalisme exacerbé. Deuxièmement, l’économie qui crée un immense fossé entre riches et pauvres. Troisièmement, la ségrégation raciale. Quatrièmement, le fanatisme religieux qui transforme les religions, source de fraternité en facteur de division. Et cinquièmement, la déstabilisation de l’écosystème car les hommes ont détruit l’équilibre écologique. L’ensemble de ces cinq facteurs est d’ailleurs présent aujourd’hui au Tibet. Cette nation donne l’exemple de ce qu’encourt l’humanité avec l’aggravation de tels facteurs à risque.

Les quatre nobles vérités modernes de la non-violence


Pour développer une action non-violente efficace, il faut tenir compte de l’ensemble de ces différents facteurs et créer un profond esprit de compassion universelle. C’est une tâche immense. L’effort est à la fois individuel et collectif. Car l’esprit de compassion n’est pas développé sous l’effet de la propagande et de l’endoctrinement. Il naît spontanément lorsque les conditions requises sont réunies.

Quelles sont les conditions favorables ? Premièrement reconnaître la nature de la souffrance qui est la violence. Deuxièmement comprendre les causes de la violence. Troisièmement comprendre les causes de la non-violence. Quatrièmement comprendre les méthodes de la non-violence pour faire cesser la violence.

A ce point Samdhong Rinpoche dresse un parallèle avec les quatre nobles vérités. L’enseignement fondamental du Bouddha sur la souffrance est parfaitement adapté et se prête à l’analyse de la violence et de ses causes. Il nous quitte sur cet enseignement de paix et de compassion, pris aux sources du bouddhisme. Les quatre nobles vérités modernes sont celles de la non-violence.

Le lendemain, 17 octobre, Samdhong Rinpoche donna une conférence de presse au Bureau du Parlement européen, à Paris. On lui posa cette question :

Rinpoche, pensez-vous que la compassion puisse désarmer la Chine et sauver le Tibet ?

Samdhong Rinpoche : Oui, si les Tibétains arrivent à développer en eux une compassion authentique. Si les majorité des Tibétains avaient de la compassion pour les Chinois, après trois mois on verrait une évolution positive. Mais c’est très difficile. Le peuple tibétain a énormément souffert, de multiples façons. Notre cœur a été meurtri très profondément. C’est un effort extrêmement difficile auquel Sa Sainteté le Dalaï-Lama nous exhorte continuellement.

Pourquoi trois mois avant de voir s’amorcer une évolution positive ?

Samdhong Rinpoche : La compassion est très puissante, elle ne connaît pas de limite de temps. Je parle de trois mois parce que je n’ai pas le courage de Gandhi qui parlait de vingt-quatre heures. Gandhi disait que s’il pouvait réunir cent satyagrahin*, l’Inde serait libérée en vingt-quatre heures. Je parle de trois mois parce que j’envisage la mise en place d’un processus de réformes sociales et politiques qui prendrait environ ce temps-là. Mais c’est approximatif. Je veux simplement laisser entendre que la compassion a un réel pouvoir de transformer l’état de choses actuel au Tibet.

* les satyagrahin, littéralement « ceux qui possèdent la fermeté de la vérité » sont les adeptes du mouvement non-violent de résistance à l’oppression inauguré par Gandhi en Inde, à partir de 1920, dans un but politique. Ce mouvement qu’on appelle le satyagraha ainsi que la réflexion du Mahatma Gandhi inspirent profondément Samdhong Rinpoche qui a placé, au-dessus de son bureau de Président du Parlement tibétain en exil, un portrait de Gandhi.


Sofia Stril-Rever


http://www.buddhaline.net



    La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin 2017, 22:21