Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» La pratique du sommeil
Hier à 20:19 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Hier à 20:01 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Hier à 17:45 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Hier à 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Hier à 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Hier à 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Hier à 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Hier à 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Hier à 13:41 par Karma Trindal

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 13:13 par Mila

» Un grand bonjour pour vous !
Hier à 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Hier à 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Hier à 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Hier à 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Hier à 12:23 par Karma Trindal

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Hier à 12:20 par Karma Trindal

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Hier à 09:43 par Mila

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Bouddhisme et christianisme
Jeu 08 Nov 2018, 16:33 par Ortho

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 01 Nov 2018, 09:58 par Pema Gyaltshen

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Jeu 25 Oct 2018, 12:56 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Mar 02 Oct 2018, 13:22 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Mar 02 Oct 2018, 10:53 par Mila

» La liberté de pensée
Lun 01 Oct 2018, 18:41 par indian

» LeDernierLoup
Lun 01 Oct 2018, 13:18 par indian

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 21 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Maajis


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97764 messages dans 11254 sujets

Nous avons 4258 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est lysi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7491)
 
Karma Trindal (6914)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2419)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

les 35 bouddhas partie 4 et fin

Partagez
avatar
Invité
Invité

les 35 bouddhas partie 4 et fin

Message par Invité le Mar 10 Juil 2007, 15:39

25
Kakusandho Sattha Vâho

Kakusandho, le chef de file

Il est le premier des cinq bouddhas de l'âge présent (bhaddakappa). Il était le fils du brahmane Aggidatta, grand prêtre de Khemankara, roi de Khemavatî, sa mère s'appelait Visâkâ. Il est né dans le parc de Khema. Il vécut pendant quatre mille ans comme chef de famille dans trois palais : Ruci, Suruci et Vaddhanâ, avec sa femme Virocamânâ et son fils Uttara. Il renonça au monde monté sur un chariot, pratiqua les austérités pendant huit mois seulement et atteint l'éveil sous un arbre sirîsa, recevant un repas de riz au lait par la fille du brahmane Vajirinda du village Sucirinda. L'herbe pour son siège de méditation lui fut donnée par un gardien nommé Subhadda. Il prononça son premier sermon dans le parc prés de la cité de Makila, devant quatre vingt quatre mille moines. Il réalisa le miracle des doubles apparences sous un arbre sâla aux portes de Kannakujja. Parmi ceux qu'il converti, il y avait un féroce yakkha nommé Naradeva. Il ne présida qu'une seule assemblée de moines. Le corps de Kakusandha mesurait quarante coudées de haut et il mourut à l'âge de quarante mille ans dans le jardin d'agrément de Khema. La stupa érigée au dessus de ses reliques mesurait une lieue de haut.

Les plus grands disciples du bouddha étaient Vidhura et Sañjiva parmi les moines ; Sâmâ et Campâ pour les nonnes. Son assistant permanent était Buddhija. Acuta et Samana ses principaux donateurs laïcs masculins et Nandâ et Sunandâ parmi les femmes.

Il observait l'uposatha chaque année. A son époque, un démon nommé Dûsî (une vie antérieure de Mogallâna) créa beaucoup d'ennuis au bouddha et à ses disciples, mettant la patience du bouddha à rude épreuve. Dans le Samyutta Nikâya, il est écrit que à l'époque de Kakusandha, le mont Vepulla de Râjagaha s'appelait Pâcînavamsa et ses habitants les Tivarâ.

Le monastère constuit par Accuta sur le lieu où dans l'âge actuel Anâthapindika construisit le monastère de Jetavana, mesurait une demi lieue de long et le sol fut acheté avec des pièces d'or en nombre suffisant pour couvrir sa surface entière.

Selon les chroniques cinghalaises, Kakusandha rendit visite à Ceylan. L'île s'appelait alors Ojadîpa et sa capitale était Abhayanagara, où régnait le roi Abhaya. Le bouddha vint avec 40.000 disciples pour débarrasser l'île du fléau causé par les yakkhas et se tînt sur la montagne Devakûta d'où tous les habitants du pays pouvaient le voir, en vertu de son propre désir. Le bouddha et ses disciples furent invités à un repas par le roi et après le repas, le parc de Mahâtittha fut offert à l'ordre. Le bouddha s'y assit afin de consacrer divers lieux en rapport avec le dhamma. Selon le souhait du bouddha, la nonne Rucânandâ amena dans l'île une branche de l'arbre de la bodhi. Le bouddha donna son propre bol comme objet de vénération puis retourna en Inde (Jambudvîpa) laissant derrière lui ses disciples Mahâdeva et Rucânandâ pour subvenir aux besoins spirituels des nouveaux adhérants. En sanscrit, le nom de ce bouddha est Krakucchanda.



26
Konâgamano Ranañjaho

Konâgamano, accompli dans la lutte

Il est le secondes cinq bouddhas de l'âge présent (bhaddakappa). Il est né dans le parc de Subhâgavatî à Sobhavatî, capitale du roi Sobha. Il était le fils du brahmane Yaññadatta et de Uttarâ. Il vécut pendant trois mille ans comme chef de famille dans trois palais : Tusita, Santusita et Santuttha avec sa principale femme Rucigattâ et leur fils Satthavâha. Il renonca au monde monté sur un éléphant, pratiqua les austérités pendant six mois seulement, recevant un repas de riz au lait par la fille du brahmane Aggisoma. L'herbe pour son siège de méditation lui fut donnée par un gardien nommé Tinduka. Il atteint l'éveil sous un arbre Udumbara. Il prononça son premier sermon dans le parc des biches prés de la cité de Sudassana, au pied d'un arbre Mahâsâla. Il ne présida qu'une seule assemblée de moines, au nombre de trente mille. Le corps de Kakusandha mesurait trente coudées de haut et il mourut à l'âge de trente mille ans dans le monastère de Pabbatârâma. Ses reliques furent éparpillées.

Ses plus grands disciples étaient Bhiyya et Uttara parmi les moines ; Samuddâ et Uttarâ pour les nonnes. Son assistant permanent était Sotthiya. Ugga et Somadeva étaient ses principaux donateurs laïcs masculins et Sîvalâ et Sâmâ parmi les femmes.

Le Bodhisatta était un guerrier nommé Pabbata de Mithilâ. Il organisa une offrande d'aumônes, entendit le discours du bouddha et joignit l'ordre. Le banquier Ugga construisit pour le bouddha un monastère d'une demi lieue de long.

Le jour de sa naissance, une pluie d'or tomba sur l'Inde toute entière, c'est pourquoi on l'appela Kanakâgamana, Konâgamana étant une forme altérée de ce mot.

Selon les chroniques cinghalaises, Kakusandha rendit visite à Ceylan. Le bouddha vint avec 30.000 disciples. Le bouddha et ses disciples furent invités à un repas par le roi et après le sermon, le parc de Mahânoma fut offert à l'ordre. 30.000 auditeurs réalisèrent la vérité. Selon le souhait du bouddha, la nonne Kantakânandâ amena dans l'île de Ceylan une branche de l'arbre de la bodhi. Le bouddha donna sa ceinture comme objet de vénération puis retourna en Inde (Jambudvîpa) laissant derrière lui ses disciples Mahâsumba et Kantakânandâ pour subvenir aux besoins spirituels des nouveaux adhérants. A cette époque, les gens vivaient 30.000 ans.

Dans les livres mahâyana, Konâgamana est appelé Kanakamuni, Konâkamuni ou Kanakaparvata. Un stupa érigé à l'endroit où il est né est supposé avoir existé jusqu'à l'époque de l'empereur Asoka qui le reconstruisit au double de sa taille originale et lui rendit hommage pendant vingt ans. Hiuen tsang déclare qu'il a vu cet endroit et également celui où il rencontra son père après son Eveil. Fa Hien vit également ces stupas, ainsi que le lieu du Parinibbâna.


27
Kassapo Siri Sampanno

Kassapo, l'irradiant

Egalement appelé Kassapa Dasabala pour le distinguer des autres Kassapa. C'est le troisième de l'âge présent et l'un des sept bouddhas mentionnés dans le canon. Il est né à Bénarès dans le jardin d'Isipatana de parents brahmanes, Brahmadatta et Dhanavati, de la lignée Kassapa. Il vécut pendant deux mille ans comme chef de famille dans trois palais : Hamsa, Yasa et Sirinanda, avec sa principale femme Sunandâ et son fils Vijitasena. Il renonça au monde voyageant dans son palais et pratiqua les austérités pendant sept jours seulement. Juste avant son Eveil, sa femme lui offrit un repas de riz au lait. L'herbe pour son siège de méditation lui fut donnée par Soma. Son arbre de la bodhi était un banian et il prononça son premier sermon dans le parc d'Isipatana à cent mille moines qui avaient renonçé en sa compagnie. Son `miracle des doubles apparences' (yamaka pâtihâriya) eu lieu à Sundaranagara sous un arbre asana. Il ne tint qu'une assemblée de disciples. Parmi ses conversions les plus fameuses, il y eut celle du yakkha Naradeva. Ses principaux disciples moines furent Tissa et Bhâradvâja ; Anulâ et Uruvelâ étaient les supérieures des nonnes. Son assistant habituel s'appelait Sabbamitta. Ses donnateurs laïcs les plus importants s'appelaient Sumangala, Ghatikâra, Vijitasenâ et Bhaddâ. Son corps mesurait vingt coudées et après avoir vécu vingt mille ans, il mourut dans le jardin de Setavyâ à Kâsî (bénarès). Un stupa fut construit sur ses reliques, haut de une lieue et dont chaque brique valait cent mille pièces. Après de longues controverses concernant la construction du stupa, le travail commença. Du au manque de fonds, le chantier fut interrompu jusqu'à ce qu'un ânâgâmi dévoué parcourut l'Inde toute entière pour réunir des donations. Il envoyait l'argent au fur et à mesure et quand il apprit que la stupa était terminée, il parti pour s'y rendre. Malheureusement, il fut attaqué par des voleurs en cours de route et tué dans une forêt plus tard appelée Andhavana.

Le bhikkhu Upavâna sous Gotama, était dans une vie précédente la divinité gardienne de ce stupa ; de là sa grande magesté dans sa dernière vie.

Parmi les trente sept déesses remarquées par le bhikkhu Guttila lorsqu'il visita les cieux, une d'entre elles avait offert cinq branches odorantes et parfumées à ce stupa et avait ainsi obtenu une heureuse renaissance. Le bhikkhu Mahâ-Kaccâna avait une peau dorée pour y avoir offert une brique en or.

Le bhikkhu Anuruddha qui était alors un chef de famille à Bénarès, offrit du beurre et des sucreries dans des bols de cuivre qui furent placés sans intervalle tout autour du stupa. (Plus récemment, en 1993, un homme trés riche de Sri Lanka fit la plus grande donnation du siècle à Anuradhapura autour du grand stupa, invitant 3000 moines, 20.000 pauvres, offrant nourriture, robes et ustensiles, bicyclettes entourant le stupa d'une longue chaine en or, etc...)

Mahâkappina constuisit un monastère de mille cellules.

Bakkula obtint une santé admirable et une grande longévité car il avait offert les premiers fruits de sa récolte aux moines de Kassapa.

En ce temps là, le Bodhisatta était un jeune brahmane nommé Jotipâla qui devint moine après avoir été influencé par Ghatikâra. Ce dernier après être né dans l'un des paradis, rendit visite à Gotama après son Eveil. Celui ci le reconnu et lui rappela l'incident.

Le principal disciple du bouddha s'appelait Tissa. Ils étaient né le même jour et amis d'enfance. Tissa devint le premier un ascète et lorsqu'il rendit visite au bouddha, il fut peiné d'apprendre qu'il acceptait de manger de la viande. Ce dernier lui enseigna alors le sutta âmaganda où il est dit que l'important est ce qui sort de la bouche (les paroles) et non ce qui y rentre.

Les chroniques cinghalaises mentionnent la visite de Kassapa à Ceylan où il arréta une guerre meurtrière. En remerciement, le roi Jayanta offrit le parc de Mahâsâgara dans lequel fut planté un arbre de la bodhi. Le bouddha laissa son vètement de pluie comme relique et les Vénérables Sabbananda et Sudhammâ se chargèrent de guider les nouveaux convertis.

Un certain nombre d'enseignements sont réputés avoir été promulgés par le bouddha Kassapa et transmis jusqu'au temps du bouddha Gotama. Ex ; les questions d'Alavaka et de Sabhiya, mittavinda jâtaka, ...

Il tenait l'uposatha une fois tous les six mois.

Dans la période séparant Kassapa et Gotama, la surface de la terre augmenta suffisament pour couvrir la grotte de Sûkarakata. Les pélerins chinois mentionnent de nombreux endroits en rapport avec Kassapa. Une stupa contenant son corps, prés de Í râvasti, où selon lui, Kassapa était né. On parle également d'une empreinte de son pied.

Il semble que prés du village de Todeyya, il y avait un temple dédié au bouddha Kassapa.


28
Gotamo Sakya Pungavo

Gotamo, la gloire des Sakyas

C'etait un sâkya, fils de Suddhodana, roi de Kapilavatthu et de Mahâ Mâyâ. Il appartenait à la lignée des Gotama. C'est lui le bouddha historique, né il y a plus de 2500 ans en Inde, à l'origine de ce que l'on appelle de nos jours `le Bouddhisme'. Être remarquable qui a profondément marqué l'histoire de l'Asie et dont l'impact continue a se développer de nos jours à travers la planète toute entière. De nombreux livres sont aujourd'hui disponibles en français concernant sa vie et son enseignement, nous y renvoyons le lecteur. Puisse-t'il y trouver les graines de Sagesse qui fructifiant, lui apporteront l'extinction de l'insatisfaction et de la souffrance.

http://www.centrebouddhique.net/livres/001-28-bouddhas.htm

merci cgigi2
les 35 bouddhas font partie des divinités du bouddhisme tibetain
leur but est de purifier les actes negatifs,cette purification est opéré par la recitation d'un soutra associé a ces 35 bouddhas "soutra des trois amoncellements"

appelé souvent "repentir devant les 35 bouddhas"


les 8 bouddhas medecins sont
bhaishajyaguru
ratnachandra
suvarnabhadravimala
ashokottama
dharmakirtisagara
abhijnanaraja
sunaman
et shakyamuni


cf : petite encyclopedie des divinités et symboles du bouddhisme tibetain

claire lumiere

ps: une petite encyclopedie de plus de 500 pages lol

merci guth

    La date/heure actuelle est Sam 17 Nov 2018, 01:25