Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Quand chante Milarépa
Aujourd'hui à 10:45 par Mila

» Question sur la vie
Aujourd'hui à 10:00 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 22:41 par indian

» Je m'appelle Mila
Hier à 11:27 par Mila

» Dhammapada
Hier à 09:00 par vaygas

» Présentation Zui Ho/Livres Bouddhistes
Sam 18 Aoû 2018, 21:24 par Livres.Bouddhistes.ZuiHo

» Salut à Tous
Sam 18 Aoû 2018, 16:53 par Ortho

» Instructions fondamentales : Introduction au bouddhisme Vajrayana
Ven 17 Aoû 2018, 10:23 par Mila

» Lama à 19 ans , et après
Ven 17 Aoû 2018, 08:30 par Mila

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 16 Aoû 2018, 12:38 par Mila

» Présentation
Lun 13 Aoû 2018, 21:06 par Disciple laïc

» Pourquoi cette censure?
Sam 11 Aoû 2018, 18:58 par Karma Trindal

» (Re)nouveau et présentation :)
Sam 11 Aoû 2018, 17:04 par Erispoë

» Don du sang
Mer 08 Aoû 2018, 12:40 par indian

» bonjour de présentation a tous !
Mer 08 Aoû 2018, 10:12 par Akana

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Mer 08 Aoû 2018, 07:28 par Invité

» Hérault : dérives et abus de pouvoir, le temple bouddhiste de Lodève dans la tourmente
Lun 06 Aoû 2018, 11:36 par Invité

»  Propagande positive pour le Bien de tous les Etres
Dim 05 Aoû 2018, 13:03 par indian

» Question sur le karma
Sam 04 Aoû 2018, 14:42 par indian

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Ven 03 Aoû 2018, 10:11 par Geronima

» Décadence de la Loi
Mer 01 Aoû 2018, 13:08 par Ortho

» Lumbini, lieu de naissance du Bouddha
Mer 01 Aoû 2018, 09:29 par Disciple laïc

» Les religions du Vietnam
Mar 31 Juil 2018, 13:36 par Disciple laïc

» ZAZEN - Pratique du Zen dans un temple bouddhiste
Mar 31 Juil 2018, 12:48 par Disciple laïc

» Présentation
Lun 30 Juil 2018, 12:53 par indian

» Bonjour tout le monde
Lun 30 Juil 2018, 12:47 par indian

» L'ego (ou le Moi)
Dim 29 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Idées reçues
Dim 29 Juil 2018, 16:24 par Disciple laïc

» Le Bouddha et la Voie
Dim 29 Juil 2018, 16:21 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Mer 25 Juil 2018, 22:46 par Karma Trindal

» Ma présentation
Mer 25 Juil 2018, 22:43 par Karma Trindal

» Présentation de MINISCALCO
Mer 25 Juil 2018, 22:40 par Karma Trindal

» Présentation groupes de pratique
Mer 25 Juil 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Bonjour a tous
Mer 25 Juil 2018, 22:35 par Lisalisa

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mer 25 Juil 2018, 22:33 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Mer 25 Juil 2018, 22:32 par Karma Trindal

» Explication de la Roue de la Vie
Mer 25 Juil 2018, 22:14 par Karma Trindal

» Bonjour à tous.
Mer 25 Juil 2018, 22:04 par Karma Trindal

» Citations Ikkyu
Mer 25 Juil 2018, 21:41 par Karma Trindal

» 13 Juin : Toupten Zangpo
Mer 25 Juil 2018, 21:20 par Karma Trindal

» Bonjour...Je me présente
Mer 25 Juil 2018, 21:19 par Karma Trindal

» Cherche référence livre
Mer 25 Juil 2018, 16:17 par Disciple laïc

» Les 6 règles de la concorde
Mar 24 Juil 2018, 20:11 par Disciple laïc

» La Nature ultime de l'esprit
Mar 24 Juil 2018, 18:31 par Akana

» 3 Sagesses anciennes : Gilgamesh, Bouddha, Epictete
Mar 24 Juil 2018, 10:43 par Akana

» Le Trikaya : Les Trois Corps
Lun 23 Juil 2018, 22:13 par Disciple laïc

» La religion bouddhique présentée par la Police de Montréal
Lun 23 Juil 2018, 21:28 par indian

» 24 heures chez les moines bouddhistes
Lun 23 Juil 2018, 07:34 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 22 Juil 2018, 21:22 par indian

» Les ruses de Māra
Dim 22 Juil 2018, 20:22 par Disciple laïc

» Eveil au "beau"
Dim 22 Juil 2018, 14:59 par Disciple laïc

» Le Noble Sentier Octuple 1/2 et 2/2 rediffusion.
Dim 22 Juil 2018, 12:25 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d'après les textes les plus anciens
Dim 22 Juil 2018, 08:02 par Disciple laïc

» Hédonisme et eudémonisme, bonheur et plaisir : la grande confusion
Dim 22 Juil 2018, 07:16 par Disciple laïc

» Alexandra David Neel une Femme Remarquable
Ven 20 Juil 2018, 19:34 par indian

» Pacifisme et non-violence
Ven 20 Juil 2018, 04:17 par indian

» Histoire du bouddhisme
Jeu 19 Juil 2018, 08:07 par Disciple laïc

» Inexistence en soi et souffrance
Mer 18 Juil 2018, 17:42 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Mer 18 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Mer 18 Juil 2018, 13:33 par indian

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Mer 18 Juil 2018, 11:13 par Karma Trindal

» indian, David
Mer 18 Juil 2018, 00:02 par indian

» Le temps... différence d'état
Mar 17 Juil 2018, 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Mar 17 Juil 2018, 14:50 par indian

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par Invité

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 47 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 44 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Abhradan, Akana, Karma Trindal


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 96498 messages dans 11135 sujets

Nous avons 4231 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Skuale

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7475)
 
Karma Trindal (6880)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2371)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Quelques enseignements sur le thème de la colère

Partagez
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 818
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Sans emploi
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Quelques enseignements sur le thème de la colère

Message par Disciple laïc le Lun 16 Juil 2018, 17:26

D'abord un petit texte illustrant l'attitude du Bouddha face à la colère (si quelqu'un sait de quelle source exacte c'est issu, allez y). 




Le Bouddha enseignait partout où il passait.
Or, un jour qu’il parlait sur la place du village, un homme vint l’écouter parmi la foule. L’auditeur se mit bientôt à bouillir d’envie et de rage. La sainteté du Bouddha l’exaspérait. N’y pouvant plus tenir, il hurla des insultes. Le Bouddha demeura impassible. L’homme fulminant quitta sa place.
Comme il avançait le long des rizières à larges enjambées, sa colère s’apaisait. Déjà le temple de son village grandissait au-dessus des rizières. En lui monta la conscience que sa colère était née de la jalousie et qu’il avait insulté un sage. IL se sentit si mal à l’aise qu’il rebroussa chemin, décidé à présenter des excuses au Bouddha.
Lorsqu’il arriva sur la place où l’enseignement continuait, la foule se poussa pour laisser passer l’homme qui avait insulté le maître. Les gens incrédules, le regardaient revenir. Les regards se croisaient, les coudes étaient poussés pour attirer l’attention des voisins, un murmure suivit ses pas.
Lorsqu’il fut suffisamment près, il se prosterna, suppliant le Bouddha de lui pardonner la violence de ses propos et l’indécence de sa pensée. Le Bouddha, plein de compassion, vint le relever.


– Je n’ai rien à vous pardonner, je n’ai reçu ni violence ni indécence.
– J’ai pourtant proféré des injures et des grossièretés graves.
– Que faites-vous si quelqu’un vous tend un objet dont vous n’avez pas l’usage ou que vous ne souhaitez pas saisir ?
– Je ne tends pas la main, je ne le prends pas bien sûr.
– Que fait le donateur ?
– Ma foi, que peut-il faire ? Il garde son objet.
– C’est sans doute pourquoi vous semblez souffrir des injures et des grossièretés que vous avez proférées. Quand à moi, rassurez-vous, je n’ai pas été accablé. Cette violence que vous donniez, il n’y avait personne pour la prendre.

Contes des sages de l’Inde, Martine Quentric-Séguy


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 818
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Sans emploi
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Quelques enseignements sur le thème de la colère

Message par Disciple laïc le Lun 16 Juil 2018, 17:38



Apprenez à transformer la colère grâce à la compassion



Si vous éprouvez une compassion telle que vous pensiez : « Je veux libérer cette personne de tous ses problèmes », alors il est plus facile d’avoir l’esprit positif et paisible.



Par Lama Zopa Rinpoché



Lors d’un récent séjour à Taïwan, Rinpoché a donné un enseignement, au pied levé, à propos de la colère, à un banquier qui l’avait questionné à ce propos. En voici une transcription réalisée à partir des notes prises par son traducteur.




La colère : comment, pourquoi ? Que la colère naisse ou non lorsque quelqu’un est arrogant, vous manque de respect, ne vous rend pas votre gentillesse, vous ignore ou simplement si l’attitude de quelqu’un devient tout à coup négative, dépend de votre manière de penser à ce moment-là. Lorsque vous constatez un changement dans l’attitude physique, verbale ou mentale d’autrui, le fait que cela provoque votre colère ou non dépend de votre état d’esprit. Ce changement d’attitude paraît être la cause de votre colère, mais en réalité il n’en est rien. Cela dépend de votre esprit. Si par exemple au moment où l’autre personne est en colère, votre esprit est empli de compassion, empreint du souhait que cette personne soit libérée de la souffrance et des problèmes, particulièrement si vous éprouvez une compassion telle que vous pensiez : « Je veux libérer cette personne de tous ses problèmes », alors il est plus facile d’avoir l’esprit positif et paisible.




Par exemple, si on vous frappe avec une canne, il n’y a aucune raison de se mettre en colère après la canne, car elle se trouve dans la main de l’autre personne. Ce serait totalement insensé de se mettre en colère après la canne. De même que la canne, la personne n’a aucune liberté. Elle est l’esclave de la colère, elle est totalement sous son contrôle. Cette personne n’a donc pas le moindre atome de liberté. Elle est le jouet de la colère. Cette personne n’est donc qu’un objet de compassion.




Lorsque nous réfléchissons de cette façon s’élèvent, la compassion, la pitié, le souhait qu’il (ou elle) soit libéré(e) de ses problèmes. Générer de la compassion signifie prendre la responsabilité de libérer l’autre de la colère en pensant : « Comment puis-je apporter mon aide pour libérer cette personne du joug de la colère ? Même si vous ne pouvez rien y faire maintenant, vous pouvez toujours prier en vue d’acquérir cette capacité. Ainsi, peu importe son degré de colère, vous n’êtes pas affecté : même si on vous insulte sans cesse. Donc le fait que la colère s’élève ou non, ne dépend pas du comportement d’autrui.




La pensée des souffrances que subit autrui fait naître la pitié dans votre cœur. Cela rend votre esprit sain : voir cette personne ne fait qu’évoquer en vous la compassion. à ce moment-là votre unique souhait est d’aider cette personne.




Mais il faut également recourir à la sagesse : si vous méditez sur la nature ultime du soi comme vide [d’existence inhérente], et sur celle d’autrui comme étant également vide [d’existence inhérente], si vous méditez avec la vue de la sagesse de la vacuité, la colère ne surgira pas. Peu importe ce qui peut arriver, même si quelqu’un vous frappe ou autre ; avec un esprit positif, votre seul souhait sera de l’aider.




Lorsque l’esprit est sous l’emprise de l’attachement, on a renoncé aux autres, on ne pense qu’à soi, on ne travaille qu’à son propre bonheur. Je ne parle pas de travailler pour les vies futures, on travaille uniquement pour cette vie-ci. Dans ces conditions, la personne est sujette à la colère, au manque de respect, elle est agressive dans ses paroles, dans son comportement. L’ego souhaite pourtant être respecté (recevoir des paroles agréables, de l’amour, obtenir ce que l’esprit convoite), mais ce que l’on reçoit va à l’encontre de l’ego et de l’attachement. Lorsque la colère s’élève dans votre esprit, votre état dépend alors de la façon dont vous l’appréhendez : vous pouvez penser que c’est un état négatif et nuisible pour vous-même. Par contre votre état d’esprit positif, votre compassion ne pense jamais “nuisible pour moi”. Ce que fait cette personne ne m’offense pas. Si vous pratiquez la patience en vous disant : « Il (elle) est en train de m’enseigner la patience », alors petit à petit la colère disparaît. Un état de bonheur s’installe et avec lui, pas de colère. Tant de paix et tant de bonheur vous envahissent. Ne vous mettant plus en colère, vous apportez la paix à votre famille et à un nombre infini d’êtres sensibles. Pour arriver à cela, il suffit de s’entraîner à la patience et cette pratique dépend de cette personne. Elle est si gentille... Particulièrement lorsque l’esprit apprécie la patience. Du point de vue de la patience cette personne ne peut être que gentille.




Sous le joug de l’attachement, l’action de cette personne a blessé l’ego. Nous mettons une étiquette négative : ceci est mauvais (je suis blessé). Sous l’emprise de l’attachement et de la colère, nous considérons cette personne comme mauvaise ou nuisible. Non seulement nous avons apposé une étiquette, mais en plus nous y avons cru, offensant par-là l’attachement et l’ego. Ainsi vous pensez, « ceci me blesse ». En réalité, il ne s’agit que d’une partie de votre esprit. Votre esprit est aussi compassion et sagesse. Si vous ne mettez pas d’étiquette négative, la colère ne s’élève pas. Cela revient à mettre une étiquette positive, la patience. En affichant une étiquette négative, par attachement, vous êtes offensé. L’ennemi vient donc de notre propre esprit.




Voilà donc tout le développement. Maintenant venons-en à la cause de la colère. Les empreintes négatives résiduelles du passé ont semé une graine dans notre continuum mental qui permet à la colère de surgir à nouveau dans le futur. Notre continuum mental porte de nombreuses empreintes de colères passées. Voilà la cause principale. Lorsque dans une situation de colère (si vous êtes abusé verbalement ou si on vous manque de respect physiquement), si vous ne mettez pas en œuvre votre méditation, -la sagesse méditant sur la nature ultime de l’esprit, alors c’est comme d’affronter un ennemi sans arme, ni protection. à ce moment-là, les empreintes négatives des colères passées sont activées ; la colère s’élève à nouveau à cause de la colère passée. La méditation peut être assimilée, alors à la prise d’un médicament. L’empreinte est la cause principale, et la source véritable de la colère est l’ignorance –l’esprit qui ne connaît pas la nature du « je » ou soi. Donc, il est très important de penser chaque jour et continuellement que le corps n’est pas le « je » ou le soi. De même l’esprit qui ne possède ni couleur, ni forme (qui est sans forme), et qui est clair et connaissant, n’est pas le « je ». Cette association du corps et de l’esprit n’est pas le « je », qui essaie de faire cesser la souffrance et d’atteindre le bonheur. Le « je » ne peut être trouvé nulle part dans le corps, que ce soit de la tête aux pieds ou à l’intérieur. Ce qui ne signifie pas que le « je » n’existe pas. Ce « je » qui existe dans le fait d’éliminer la souffrance et d’atteindre le bonheur, existe en tant que phénomène extrêmement subtil ; il n’existe jamais de la façon dont nous croyons qu’il existe, c’est-à-dire comme il apparaît être. Il est totalement autre ; rien n’existe de son propre côté, sauf en tant que simple nom. Voilà la réalité du « je ». Sur le corps, ce « je » n’apparaît jamais de cette manière, mais apparaît comme 100% réel. Le « je » qui n’existe pas, mais qui croit en cela, est de la nature de l’ignorance, qui est la racine de la colère et de la jalousie.




La colère peut détruire le monde entier, tout comme Hitler qui ne pratiquait pas la patience et qui a nuit à de nombreux êtres sensibles. Ainsi, dans le bouddhisme, la méditation est primordiale, particulièrement la concentration sur la compassion et la sagesse.




Traduction Sam Regad




Mars 2001




PS : Pourquoi est ce que, personnellement, je doute qu'il y ait quelque chose d'utile dans la colère ? Parce que, d'après mon expérience, quand je me mets en colère, après je me sens mal, épuisé et honteux. C'est curieux mais je me sens comme humilié après avoir laissé exploser ma colère, honteux d'avoir montré cette partie de moi comme le serait quelqu'un de pudique soudain nu devant une foule. Je me sens assez mal après m'être mis en colère, et je ne vois pas comment l'utiliser de manière positive. Je ne parle pas ici de l'indignation face à l'injustice par exemple. Mais pour moi, la colère est quelque chose de bien trop dangereux, volatile, incontrôlable pour prendre le risque de la laisser s'exprimer même a des fins "pédagogiques". Des maîtres zen ont pu parfois apparaître comme brutaux, violents, dans la façon de faire, afin de provoquer un choc chez leurs disciples, c'est une des 2 tendances du zen, provoquer une prise de conscience violente. Mais je ne crois pas que ces maîtres étaient emplis de colère quand ils agissaient ainsi. Tout comme il n'y a pas de colère dans l'usage du kyosaku pendant les séances de méditation du zen sôtô. 




_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 818
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Sans emploi
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Quelques enseignements sur le thème de la colère

Message par Disciple laïc le Mer 18 Juil 2018, 16:28

Article wikipédia concernant les 3 poisons :


Les Trois poisons (sanskrit : triviṣa ; chinois : sāndú 三毒 ; japonais : sandoku), ou trois souillures (kleshas)1 sont dans le bouddhisme les racines karmiquement mauvaises (pāli : akusala-mūla2) qui conduisent à dukkha :

  • Moha ou avidyā : l'égarement ou ignorance ;

  • Rāga (pāli : taṇhā, lobha) : la soif, avidité, convoitise ;

  • Dveṣa (pāli : dosa) : l'aversion, haine ou colère.



Ces trois poisons sont associés à trois animaux3 :

  • le porc symbolise l'ignorance ;

  • le coq, l'attachement ;

  • le serpent, l'aversion.



Selon le 14e dalaï-lama, d'après les représentations iconographiques, on constate que le serpent et le coq sortent de la gueule du porc, cela semblerait indiquer que l'ignorance est la racine des deux autres poisons3.

[list=references]
[*] Etienne Hauttekeete, Sous l'arbre de l'Eveil : le bouddhisme dans son contexte historique, Asp / Vubpress / Upa, 2009  p. 49.

[*] Nyanatiloka, Vocabulaire pali-français des termes bouddhiques, Adyar, 1995.

[*]↑ a et b Tenzin Gyatso, Initiation au bouddhisme tibétain, Presses du Châtelet, 2013 

[/list]


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

Contenu sponsorisé

Re: Quelques enseignements sur le thème de la colère

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 20 Aoû 2018, 14:25