Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Croppe10 Etudes, Pratiques & Compassion

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine B9254110

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Une Philosophie Non Confessionnelle


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Qui est vraiment l'homme de couleur ?
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyAujourd'hui à 11:46 par Minako

» Coronavirus: interdépendance entre les nations, entre les humains , entre humains et animaux .....
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyAujourd'hui à 11:44 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Deux kilos deux , Gil Bartholeyns
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyHier à 16:54 par Minako

» La vue et l'action justes ou comment réagir ?
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyHier à 13:56 par Disciple laïc

» Se soigner vegan, naturellement...
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyHier à 11:25 par Minako

» Les voeux de Bodhisattva
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 24 Mai 2020, 12:17 par Mila

» Qu’entend-on vraiment par « tout vient de l’esprit » ?
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 24 Mai 2020, 10:25 par Ami

» Enseignement sur la pratique de Chenrezi , par Lama Rinchen Palmo
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 23 Mai 2020, 12:49 par Mila

» Lâcher Prise par Arnaud Desjardins
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 23 Mai 2020, 11:49 par Mila

» la posture de zazen et kinhin
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 23 Mai 2020, 08:46 par vaygas

» Conseils de Kalou Rimpoché pour une retraite solitaire
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyVen 22 Mai 2020, 16:11 par Mila

» Initiation de Avalokiteshvara les 29 et 30 mai , par le Dalaï Lama , en direct .
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 19 Mai 2020, 11:40 par Mila

» Kagyu Meunlam France 2020 à la Pagode de Vincennes
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 17 Mai 2020, 12:11 par Mila

» Parcours de femmes : Le bouddhisme, une voie d’optimisme
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 17 Mai 2020, 10:51 par Disciple laïc

» Protéger les chats du président de la chasse...
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 16 Mai 2020, 15:17 par Minako

» Rêves réccurents 26 caractères
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 16 Mai 2020, 14:57 par Minako

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 16 Mai 2020, 13:57 par naturopatie

» Enseignements du Dalaï Lama en direct sur le web , les 16 et 17 mai 2020
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 16 Mai 2020, 09:34 par Mila

» Besoin de soutien par les prières
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyVen 15 Mai 2020, 22:29 par Disciple laïc

» Présentation: Bonjour à tous !
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyVen 15 Mai 2020, 15:30 par vaygas

» Les blaireaux, ces héros si discrets
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 14 Mai 2020, 18:15 par Karma Yéshé

» Humour et déconfinement au quotidien
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 14 Mai 2020, 13:49 par Minako

» La pacification des MAMOS, contre les maladies infectueuses
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 14 Mai 2020, 10:36 par Pema Gyaltshen

» Bhoutan, le bonheur national brutal ?
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 13 Mai 2020, 22:04 par Mila

» "Pour une relance économique intégrant la protection des animaux et de l'environnement.
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 13 Mai 2020, 20:39 par Karma Yéshé

» Petit incident : signe ou hasard
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 12 Mai 2020, 17:57 par Ahcia

» Confinement et vie quotidienne
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 10 Mai 2020, 17:05 par Minako

» Les balades en foret vont recommencer
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 10 Mai 2020, 16:31 par Minako

» Envers vos pensées, soyez comme le lion, pas comme le chien
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 10 Mai 2020, 16:04 par Mila

» Au nom du Covid-19, les lobbies s'attaquent aux règles envirronementales
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 09 Mai 2020, 20:06 par Karma Yéshé

» Les huit marches vers le bonheur de Bhante Henepola Gunaratana
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyVen 08 Mai 2020, 15:49 par Minako

» Fermer les marchés humides / Pétition
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 07 Mai 2020, 13:07 par Mila

» Petition contre l abattage d un arbre
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 07 Mai 2020, 10:59 par Karma Yéshé

» Bouddha Purnima 2020 dans le monde
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 07 Mai 2020, 10:28 par Mila

» Une vidéo dont le début me met mal à l'aise...
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 06 Mai 2020, 14:10 par Ahcia

» Nous sommes remplis de violence
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 06 Mai 2020, 12:35 par Mila

» Même si cela paraît irréalisable ....
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 03 Mai 2020, 09:58 par Mila

» Les choses a faire si vous trouvez des oiseaux blesses
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 03 Mai 2020, 08:21 par Karma Yéshé

» Question concernant les cinq agrégats d'attachement
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 02 Mai 2020, 22:47 par Disciple laïc

» Prières pour que cesse la pandémie
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyVen 01 Mai 2020, 10:00 par Pema Gyaltshen

» Le Zen et les Écritures - 1/2 et 2/2
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 21:43 par Minako

» Citations de George Bernard Shaw
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 21:33 par Minako

» La présence d'un maître spirituel
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 11:58 par Mila

» Faire un masque facial en tissu à la maison
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 11:25 par Mila

» Prière pour Lama TEUNZANG.Montchardon.
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 11:02 par Ortho

» Coronavirus: les animaux reviennent dans des rues désertées par l'homme .
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyJeu 30 Avr 2020, 10:26 par Minako

» Un lien intéressant pour ceux qui aiment les hirondelles
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 29 Avr 2020, 16:23 par Minako

» Meilleure pièce pour l'autel et la méditation
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 28 Avr 2020, 18:15 par vaygas

» Face à la pandémie : action, amour et compassion
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 28 Avr 2020, 17:15 par Minako

» Le mouvement est l'essence même des choses
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 28 Avr 2020, 12:50 par Ami

» Le Dalaï Lama , icône spirituelle
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 28 Avr 2020, 12:16 par Mila

» Thaïlande : reportage sur l'aide des temples à la population
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyLun 27 Avr 2020, 23:55 par Ortho

» Heureux anniversaire , Vaygas !
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyLun 27 Avr 2020, 23:48 par Ortho

» L'interférence de l'humain sur la biodiversité , cause de pandémies .
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 26 Avr 2020, 13:23 par Minako

» L'aide alimentaire , victime collatérale du covid19.
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 26 Avr 2020, 09:47 par vaygas

» La mémoire traumatique - Muriel Salmona
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 25 Avr 2020, 21:46 par Minako

»  Dans le confort et l'aise - extrait (Longchenpa)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 25 Avr 2020, 14:23 par Ami

» Voyagez gratuitement et sans risques avec votre esprit
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMar 21 Avr 2020, 08:13 par Pema Gyaltshen

» Une cure de silence par une nonne zen
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyLun 20 Avr 2020, 14:18 par Karma Yéshé

» Stop aux derives de la chasse.
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyLun 20 Avr 2020, 14:16 par Karma Yéshé

» Regardez en direct les jolis bb faucons
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 17:13 par Minako

» Fabriquer un hôtel à insectes
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 15:25 par Karma Yéshé

» Une maison pour les hérissons
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 14:43 par Karma Yéshé

» Prochain Shangpa Mönlam en Bourgogne , dirigé par Kalou Rimpoché
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 10:35 par Mila

» Poerre Rabhi s inspirer de la nature
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 08:47 par Karma Yéshé

» Enseignements Zen Sôtô
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 08:35 par Karma Yéshé

» Question: Comment allez-vous tous?
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyDim 19 Avr 2020, 08:32 par Karma Yéshé

» Pratique de Base, la compassion de Chenrezik
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 20:26 par Karma Yéshé

» Prochains Shangpa Mönlams 2020
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 20:24 par Karma Yéshé

» L'impermanence est comme un ami
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 20:23 par Karma Yéshé

» Plutôt vidéo du jour
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 20:18 par Karma Yéshé

» Les quatre forces de la Pratique
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 20:17 par Karma Yéshé

» méditation : la posture en sept points
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptySam 18 Avr 2020, 16:38 par Ahcia

» Seiza, une des postures de Zazen
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 15 Avr 2020, 15:47 par Minako

» Mieux connaître la concentration
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine EmptyMer 15 Avr 2020, 09:50 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 43 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 42 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Admin


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 103859 messages dans 12149 sujets

Nous avons 4427 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est duclos martine

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7646)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
Karma Trindal (7080)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
petit_caillou (4776)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3386)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
MionaZen (3353)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
Karma Yéshé (3197)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
vaygas (2755)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
Mila (2497)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
Karma Yönten Dolma (2308)
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_leftEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine BarEthique de vie: Les clés d'une vie plus saine Bar_right 
-43%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro – Larges roues ...
199.99 € 349 €
Voir le deal

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Karma Trindal
Karma Trindal
Fondatrice
Fondatrice

Féminin
Nombre de messages : 7080
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Singe
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Titre-sujet Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Karma Trindal le Lun 10 Mai 2010, 17:48

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Les-cles-d-une-vie-plus-saine_imagePanoramique500_220

Les clés d'une vie plus saine

Une vie saine mais à quel prix?

Manger bio, arrêter le sucre, résister à la pollution urbaine, cela paraît simple et pourtant… Noyés dans le flot des recommandations qui prétendent diriger nos existences, nous aspirons tous à vivre plus sainement. Oui, mais à quel prix ? Comment changer nos habitudes… sans changer de vie ? Alimentation, bien-être… le docteur David Servan-Schreiber partage avec nous les conseils qu’il applique lui-même. Prendre soin de sa santé, c’est aussi améliorer ses rapports avec les autres et éviter les relations toxiques. Trois personnalités ont adopté la « saine attitude », ils nous racontent. Enfin, si nous portons parfois la même admiration que les Grecs anciens aux corps en pleine santé, rappelons-nous le discours dionysiaque de la fête et de l’abus qui l’accompagne. C’est probablement ce qui nous manque le plus aujourd’hui.

Arrêter de fumer, manger bio, faire de l’exercice… Adopter une bonne hygiène de vie, c’est bénéfique pour soi et pour l’environnement. À condition de ne pas en faire une obsession.

Laurence Grézaud

«Simple, sain et bon » : ces trois mots, devenus récemment l’emblème de la cuisine « nature » d’un grand chef étoilé, claquent comme la promesse d’une vie meilleure. Non seulement Alain Ducasse en a fait le titre de son dernier livre de cuisine (Nature : simple, sain et bon - Ed. A. Ducasse 2009), mais cette nouvelle trinité, désormais inscrite au fronton de ses restaurants, trouve un écho particulier dans nos vies. Vivre sainement est devenu un sésame prometteur, celui qui nous ouvre les portes d’une existence en pleine forme, loin du stress, de la maladie et du vieillissement. Pas un jour sans que l’on nous parle d’aliments « qui font du bien », de gestes « protecteurs pour la santé », susceptibles de nous « faire gagner quelques années ». Industriels et publicitaires l’ont bien compris, et profitent de nos angoisses de maladie et de déchéance pour nous proposer toujours plus de produits « naturels », « bio », « équilibrés », « verts », « bons », « sains »…

Si nous sommes devenus très réceptifs aux messages de santé, ce n’est pas sans raison. « Plus de 30 % de ce qui nous fait vieillir ou nous rend malade n’est pas lié à nos gènes, mais à notre mode de vie », assure Dominique Lanzmann Petithory, gérontologue, nutritionniste et médecin du sport à l’hôpital Émile-Roux, à Limeil- Brévannes (94), également auteure de La diététique de la longévité (Odile Jacob 2004).

Il y a cinquante ans, nous ignorions les effets – bons ou mauvais – induits par certains de nos comportements. Dans les années 1960, manger de la viande midi et soir était gage de bonne santé et signe de réussite… Aujourd’hui, le végétarisme monte en puissance, et le poisson – désigné comme aliment santé par excellence – a délogé la viande de nos assiettes. Sauf que le poisson, avec son trop-plein de mercure, commence également à prendre du plomb dans la nageoire. Que nous le voulions ou non, nous sommes désormais acteurs de notre santé, responsables de nos actes et de leurs conséquences.

« Nous savons dorénavant qu’en changeant certaines de nos habitudes de vie nous pouvons modifier la donne et vivre en meilleure santé plus longtemps », souligne Yann Rougier, médecin spécialisé en neurobiologie et en nutrition, auteur de Se programmer pour guérir. C’est la raison pour laquelle toutes nos activités – manger, boire, dormir, bouger, respirer, aimer – sont décortiquées, étudiées à la loupe. Avec, à la clé, quelques centaines de conseils, d’avis de médecins, de nutritionnistes, de psys, de spécialistes… Et, dans ce domaine, la contradiction est souveraine. Les maladies cardio-vasculaires et le cholestérol augmentent ? Les graisses sont bannies… avant d’être en partie réhabilitées. Le sucre devient alors l’ennemi numéro un. Depuis des années, il nous est conseillé de boire un litre et demi d’eau par jour ? Une étude américaine (« Just add water » de Dan Negoianu et Stanley Goldfarb, in Journal of the American Society of Nephrology, avril 2008) de l’université de Pennsylvanie vient de faire perdre à notre « partenaire minceur » de sa crédibilité. Idem pour les huit heures de sommeil par nuit. On sait désormais que les rythmes varient d’un individu à l’autre, sans conséquence pour la santé.

On pourrait multiplier les exemples, car il en va du « vivre sain » comme du prêt-à-porter, une mode semble en chasser une autre. Yann Rougier s’est amusé à dénombrer ces conseils. Selon lui, sur Internet, il existe plus de dix-sept millions de liens uniquement pour la nutrition… « On atteint le point zéro de l’information, puisque l’on trouve tout et son contraire, explique-t-il. Le “manger cru” fait face au “manger cuit”, le “régime dissocié” s’oppose au “régime protéiné”… » Nous sommes submergés par un flux d’informations complexes et d’études parfois contradictoires, à tel point qu’il devient difficile de trouver – et de garder – ses repères. À force, nous sommes devenus des techniciens dépossédés de notre libre arbitre. « Notre corps nous parle en permanence, mais nous ne l’entendons plus, insiste le médecin. Nos messages personnels sont parasités par le tintamarre extérieur, qui empêche les espaces de paix indispensables pour s’interroger sur soi. » Nos choix ne sont plus guidés par le plaisir ou le bon sens, mais par ces mots : « Bon pour la santé. » Ainsi, la simple promenade s’est-elle transformée en pilier de notre hygiène de vie, avec, à la clé, l’oxygénation du cerveau, la tonification du corps et de tous les organes, une meilleure protection contre le diabète, l’infarctus, certains cancers, la dépression et une vie rallongée de quatorze années (« Combined impact of health behaviours and mortality in men and women » de K.-T. Khaw et al., in Public Library of Science Medicine, janvier 2008). À condition toutefois que le « geste » soit exécuté quotidiennement pendant au moins une demi-heure, à un rythme soutenu.

Voilà comment, en peu de mots, un acte spontané devient une obligation. Nous ne parlons plus d’une salade de mâche, d’une tomate, d’un yaourt nature ou d’un verre de vin rouge, mais d’oméga-3, de lycopènes, de probiotiques et de flavonoïdes…

« Vivre sainement selon des dogmes basés sur des critères externes ne fonctionne pas », affirme Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute spécialiste des troubles du comportement alimentaire. Sur le plan nutritionnel, ces injonctions contribuent à développer un fort sentiment de culpabilité dès que nous commettons un écart, que celui-ci soit réel ou supposé. Et Gérard Apfeldorfer de rappeler que l’orthorexie (croire que l’on va tomber malade si l’on ne mange pas sain) est un trouble du comportement alimentaire sérieux, au même titre que l’anorexie ou la boulimie : « Ce que j’observe dans mon cabinet, ce n’est pas tant la volonté de manger sain que la démesure de ce comportement, qui vire à l’obsession. »

La recherche de perfection conduit immanquablement à l’isolement social. Finis les repas en famille, au restaurant, entre amis. Or, le repas n’est pas seulement pourvoyeur de bons nutriments, il crée aussi du lien. La relation aux autres fait partie des éléments importants d’une vie équilibrée. Une publicité récente pour une marque de voiture met en scène la vie de la communauté Atmos. Cette « tribu », bien décidée à vivre sainement, en osmose avec la nature, commence par bannir l’automobile pour finir par se priver de tout, même de parler, puisque cela pollue. « Parallèlement à cette montée en puissance du “sacro-sain”, on voit apparaître une “délinquance” vis-à-vis du discours de santé, remarque Gérard Apfeldorfer.

La pression est telle que certains décident de transgresser ces règles, un peu comme le fumeur le soir dans son bureau. Le mangeur de gâteaux, le buveur de vin deviennent de sympathiques hors-la-loi. »

Mais comment avoir une vie saine sans perdre la tête ? En faisant appel à notre bon sens ! Dans « vivre sainement », il y a d’abord « vivre », rappelle à ses lecteurs Susan M. Love, médecin américaine, qui conseille d’arrêter de suivre toutes les recommandations à la lettre… afin de vivre un peu ( In Live a Little ! Breaking the Rules Won’t Break Your Health de Susan M. Love, Alice D. Domar et Leigh Ann Hirschman - Crown, 2009, en anglais). Il faut prendre du recul par rapport aux règles : parler de « facteurs de risque », ce n’est pas parler de maladies. Elle cite aussi l’exemple de l’activité physique : si les bénéfices potentiels sont indéniables, les risques liés à sa pratique existent, surtout pour ceux qui n’en font jamais (risques d’infarctus, de tendinites, d’entorses…). Il existe des raisons bien plus sympathiques de se mettre à une activité physique : prendre l’air, s’amuser, partager un bon moment avec un ami…

Finalement, la vie saine, c’est un peu celle que nous menons aujourd’hui. D’ailleurs, Gérard Apfeldorfer estime que « nous allons bien et vivons mieux qu’avant (notre espérance de vie par an). Notre environnement est moins pollué qu’au XIXe siècle, notre alimentation est plus saine et plus variée ».

Alors arrêtons de trop nous inquiéter !

Santé : les mots-clés

Devant la profusion d’informations auxquelles nous sommes soumis, l’Inserm a mis au point un précis de vocabulaire (« Repères en épidémiologie », Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), décembre 2009).

La prévalence indique le nombre de cas d’une maladie rapporté à une population donnée à un moment précis. Une maladie est dite rare lorsque sa prévalence est inférieure à un cas sur deux mille.

L’incidence exprime le nombre de nouveaux cas d’une maladie étudiée par rapport à une population donnée, sur un temps donné. Exemple : au cours de la semaine du 6 au 12 avril 2009, trente-trois nouveaux cas de grippe pour cent mille habitants en France ont été recensés. Ce qui ne fait qu’une incidence de 0,033 %.

Les facteurs de risque sont l’ensemble des caractéristiques (âge, sexe, antécédents, modes de vie…) qui peuvent être associées à une maladie particulière. Un taux de cholestérol élevé est un facteur de risque de maladies cardio-vasculaires chez l’homme. Attention ! Un facteur de risque n’est pas nécessairement un facteur responsable de la survenue de la maladie.

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Comment-changer-ses-habitudes_imagePanoramique500_220

Comment changer ses habitudes ?

Le défi est lancé. Nous avons donné quatre semaines à notre journaliste pour revoir son mode de vie, changer de rythme et devenir la reine de la vie saine. Une condition : continuer à travailler et à s’occuper de ses enfants, sans partir dans un spa à l’autre bout du monde…

Je propose à ma rédactrice en chef l’idée d’une semaine en thalasso : La Baule, Carnac, Quiberon, Biarritz,n’importe où, du moment que c’est au bord de l’Atlantique. Un océan qui me paraît plus tonique (sous-entendu plus sain) que la mer Méditerranée, dont le climat évoque davantage la nonchalance, le farniente. « Trop facile de s’acheter une nouvelle hygiène de vie dans ces conditions », me signale-t-on du côté de ma direction. Je dispose donc d’un mois pour faire mes preuves, améliorer ma façon de vivre… tout en continuant à me rendre à mon travail chaque matin.

Par où et par quoi commencer ?

Je sens que j’ai besoin d’aide et qu’il me faut trouver un spécialiste de la vie saine. Mais qui ? Je commence par rendre visite à mon généraliste. Ses conseils sont simples et définitifs : je dois arrêter de fumer et de boire de l’alcool. Je dois faire une heure d’exercice par jour (marcher rapidement pendant une demi-heure, ça compte; additionner les pas entre mon bureau et la photocopieuse, ça, ça ne compte pas), manger cinq fruits et légumes par jour, boire un litre et demi d’eau, et puis c’est tout. Trop simple, trop « déjà entendu », et finalement trop difficile à faire.

Au moment de réfléchir à la meilleure façon d’illustrer l’article que vous êtes en train de lire, une consoeur candide me pose la question : « C’est quoi, pour toi, vivre sainement ? » Je ferme les yeux et, immédiatement, surgissent des images de repas dégustés en famille, en pleine nature et dans la joie. Il fait beau, je prends mon temps, rien ne presse. Je suis à peu près certaine qu’après ce repas j’irai faire une balade dans la nature, par pur plaisir. Je visualise la scène et la décris très précisément quand ma consoeur (toujours la même), un brin ironique, me fait remarquer que l’on se croirait dans la publicité Ricoré et que mon désir de vie saine s’apparente à un rêve de vacances. Atterrissage brutal et retour à la case départ.
Échange mauvaises habitudes contre bonnes

Oui, mais lesquelles ?

Arrêter de fumer. J’ai beau savoir qu’il faut commencer par là, inconsciemment, je cherche autre chose de plus nouveau et, si possible, de plus facile. Améliorer mon sommeil. Comme beaucoup, j’ai l’impression de mal dormir ou pas assez. Je me rends chez le docteur Maurice Tran Dinh Can, médecin acupuncteur, auteur de Bien dormir pour guérir (Ed. du Rocher - 2002) qui m’explique que la plupart des dysfonctionnements de l’organisme viennent d’une mauvaise qualité de sommeil, et qu’en rétablissant celui-ci mon corps me le rendra au centuple. J’adore cette idée ! Après plus de quarante ans d’exercice, le docteur Tran Dinh Can a réduit sa pratique à l’extrême : une seule aiguille dans la tête. Un point, c’est tout. À raison de deux séances par semaine, je suis obligée de constater que je me sens mieux. Je dors mieux, je suis moins stressée, mes collègues me trouvent plus reposée et sans doute plus agréable à vivre au quotidien.

Consciente que tout le monde n’a pas la possibilité de consulter cet excellent praticien, je poursuis ma quête de vie saine et prends rendez-vous auprès d’un naturopathe deux semaines plus tard. Prise au jeu, je commande une cigarette électronique Cross pour arrêter de fumer et… j’arrête de fumer. L’honnêteté me pousse à écrire la vérité : à ce moment précis de mon enquête, je pars en vacances à la montagne. L’altitude, un air pur qui m’assomme, la promiscuité avec ma famille induite par la petitesse de l’appartement de location m’ont bien aidée. La délocalisation géographique est un facteur déterminant pour rompre en douceur avec ses mauvaises habitudes.

Retour huit jours plus tard en Île-de-France – sa cuvette, sa pollution, son métro et ses tentations. D’autant que tartiflette, fondue et autre raclette ont eu raison de ma ligne. Je culpabilise, ce qui est mauvais pour la santé et pèse sur ma conscience. Heureusement, le docteur Jean-Philippe Zermati, médecin nutritionniste, auteur de Maigrir sans regrossir, est-ce possible ? (Ed. O. Jacob - 2010) me rassure sur mon (dés)équilibre alimentaire, qui ne se calcule pas sur une journée, ni même sur une semaine. Ce n’est pas parce que j’ai fait l’impasse sur les fruits et légumes pendant huit jours que mes os vont se briser ou que mes cheveux vont tomber.

Puis vient le jour de mon rendez-vous chez Odile Chabrillac, coach naturopathe, auteur de Les aliments qui rendent intelligent (Plon 2008). Cette femme est une publicité vivante pour la vie saine (adieu famille Ricoré, je veux être comme Odile). Elle m’explique que le corps humain est porteur d’une force vitale que le naturopathe va préserver et/ou stimuler. C’est parti pour une heure et demie de consultation sur mesure : elle me pose des dizaines de questions, prend mon pouls chinois, observe à la loupe le bout de mes doigts, mon iris, touche mes oreilles, me fait tendre le bras paume ouverte vers le ciel. J’ai en face de moi un véritable inspecteur en train de mener son enquête, de remonter mon fil d’Ariane. Le but de ce bilan est d’établir mon programme d’hygiène vitale.

Pas si simple

Cette première consultation me donne l’impression de pénétrer un univers complexe, avec des règles de vie compliquées nécessitant un véritable engagement de ma part et une implication sur le long terme. Tel l’apprenti jardinier, je dois commencer à faire connaissance avec mon terrain. En attendant de concourir pour le prix du plus beau jardin de France, je demande quelques conseils simples pour démarrer une vie saine sur de bonnes bases. La coach me recommande de m’éloigner autant que faire se peut des champs électromagnétiques qui m’entourent. Concrètement et dans le désordre : lâcher mon ordinateur et faire une pause toutes les deux heures (comme pendant un long trajet en voiture), éviter de porter une montre à quartz, éteindre mon portable dès que possible et tester les bienfaits du Bol d’air Jacquier afin de réguler mon oxygénation. Je décide mentalement que je suis suffisamment oxygénée pour les six prochains mois. En ce qui concerne l’alimentation, que des règles de bon sens : manger le plus frais possible des fruits et légumes de saison, boire de l’eau faiblement minéralisée, prendre du pain complet bio et remplacer l’huile d’arachide par de l’huile d’olive et de colza, première pression à froid. Enfin, elle me conseille de faire des pauses (cinq minutes montre en main à ne rien faire du tout) pour me sortir de la frénésie ambiante, chronophage et pourvoyeuse de stress, très mauvais pour ma santé.

Bilan : Vivre sainement est une idée qui fait autant rêver qu’elle panique. Renoncer, au nom de ma bonne santé, à mes bonnes vieilles addictions au tabac, au sucre, au téléphone portable, à Internet est très difficile. Aux grands principes, aux règles multiples (et souvent contradictoires), je préfère la politique des petits gestes faciles à intégrer dans mon quotidien, comme remplacer une huile ou une eau minérale par une autre, ou choisir une fois pour toutes du pain complet bio. Après quelques semaines, je réussirai finalement à lâcher mon téléphone et mon ordinateur sans trop de difficulté. Il m’arrive même d’oublier d’allumer mon portable et de m’en trouver mieux.

Impensable il y a seulement un mois.

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine 20-conseils-pour-une-vie-plus-saine_imagePanoramique500_220

20 conseils pour une vie plus saine

On me demande souvent s’il est possible de résumer les conduites de bonne santé à quelques règles simples et faciles à retenir. J’ai essayé de récapituler tout ce que j’ai appris dans ce domaine au cours des vingt dernières années de pratique de la médecine intégrative. Cela donne vingt conseils. Je sais qu’ils marchent pour moi. J’espère qu’ils vous porteront bonheur à vous aussi !

David Servan-Schreiber


A table

1. CUISINER RÉTRO
Opter le plus souvent possible pour un plat principal ressemblant à ceux d’avant les années 1950 : 80 % de légumes et légumineuses, 20 % au plus de protéines animales. Exactement l’opposé de notre steak-frites national, avec sa feuille de laitue qui fait de la figuration et la tranche de tomate anémique qui l’accompagne les bons jours. La viande devient un condiment pour ajouter du goût plutôt que l’élément central de notre assiette.

2. MÉLANGER LES LÉGUMES
Le brocoli est un agent anticancer efficace et contribue à détoxifier l’organisme, mais son eff et est encore plus puissant lorsqu’il est combiné avec des oignons ou de l’ail – ou même de la sauce tomate. Une bonne habitude à adopter : ajouter des oignons,

3. MANGER BIO DÈS QUE CELA EST POSSIBLE
Mais se rappeler aussi qu’il vaut mieux manger du brocoli avec quelques résidus de pesticides dessus que de ne pas manger de brocoli (ou d’autre légume) du tout.

4. ÉPICER LES PLATS
Le curcuma est l’anti-inflammatoire naturel le plus puissant. On peut en ajouter (avec du poivre noir) à presque tous les plats et à la vinaigrette de la salade.

5. OUBLIER LES POMMES DE TERRE
Leur amidon fait monter le taux de sucre dans le sang. Et elles sont tellement chargées de pesticides que les agriculteurs que je connais ne mangent jamais leur propre production (sauf si elle est bio).

6. SE FAIRE « POISSON »
Le bon rythme : trois fois par semaine – des sardines, du maquereau, des anchois entiers, qui contiennent moins de mercure ou de polychlorobiphényles (PCB) que les plus gros poissons, comme le thon. Éviter l’espadon et la roussette, désormais interdits aux femmes enceintes aux États-Unis tant ils sont contaminés (de par leur grande taille).

7. CHOISIR LES BONS OEUFS
Préférer les oeufs « oméga-3 » ou labellisés « bleu-blanc-coeur », ou alors éviter d’en consommer le jaune. Depuis que les poules mangent essentiellement du soja et du maïs, leurs oeufs contiennent vingt fois plus d’oméga-6 pro-inflammatoires que d’oméga-3 bons pour la santé.

8. CHANGER D’HUILE
Les huiles d’olive et de colza sont excellentes pour la cuisine et les vinaigrettes. Celles de tournesol, de soja ou de maïs sont à éviter, car trop riches en oméga-6.

9. PENSER PHYTO
Thym, origan, basilic, romarin, menthe… : les herbes méditerranéennes sont excellentes pour la santé. En plus du plaisir, elles apportent de nombreux antioxydants, et même des agents anticancer. En ajouter régulièrement à ses recettes.

10. VIVRE « COMPLET »
Choisir de préférence des farines complètes et mélangées – des pâtes et du pain complets et multicéréales –, et les prendre « bio », car les pesticides se posent sur l’enveloppe des grains. Oublier les farines blanches autant que possible et faire cuire ses pâtes al dente, comme les Italiens, pour éviter la montée du taux de sucre dans le sang.

11 . RÉDUIRE LE SUCRE
Ne pas prendre de dessert systématiquement, ni de sodas et de jus de fruits sucrés. Éviter les aliments qui mentionnent, sur le paquet, du sucre sous quelque forme que ce soit parmi les trois premiers ingrédients. S’off rir des fruits souvent, surtout les petits fruits rouges, les prunes et les pêches. Et, pour un goût de « dessert », penser au chocolat noir à plus de 70 %.

12. BOIRE TROIS TASSES DE THÉ VERT PAR JOUR
Plutôt en dehors des repas.

13. NE PAS AGIR EN AYATOLLAH
Ce qui importe, ce sont les habitudes de base, pas les petits plaisirs occasionnels.

14. PRENDRE LE TEMPS DE MARCHER,
de danser ou de courir. Viser trente minutes de marche ou un équivalent par jour. Il suffit de marcher quinze minutes pour aller au bureau ou faire les courses, et de revenir en marchant aussi. Un chien est souvent un meilleur compagnon de marche qu’un partenaire humain. Et il y a plus de chances de se tenir à une activité quand elle apporte du plaisir.

15. SE METTRE AU SOLEIL
au moins vingt minutes par jour à midi, en été, sans crème solaire (mais sans développer de coups de soleil). Ou bien parler avec son médecin de son taux sanguin de vitamine D et de la possibilité d’en prendre par voie orale.

16. ÉVITER LES CONTAMINANTS USUELS
Aérer ses vêtements pendant deux heures au retour du nettoyage à sec. Utiliser des produits de nettoyage bio (ou porter des gants). Éviter de faire chauffer du liquide dans des bouilloires ou dans des récipients en plastique, et préférer les cosmétiques sans parabènes niphtalates. Oublier les pesticides dans la maison, et le plus possible dans le jardin. Remplacer les vieilles poêles dont le Teflon est rayé. Filtrer l’eau si la région est polluée par les pesticides des champs environnants. Éloigner son téléphone portable de son corps pendant les conversations.

17. CONTACTER AU MOINS DEUX AMIS
pour leur demander leur aide pendant les périodes difficiles, même si ce n’est que par Internet ou par téléphone. S’ils sont proches, ne pas hésiter à les prendre dans ses bras plus souvent, comme pour toutes les personnes aimées.

18. APPRENDRE UNE MÉTHODE SIMPLE DE RELAXATION
par la respiration pour évacuer la pression quand la vie donne le sentiment d’être coincé.

19. S’ASSURER DE FAIRE UNE CHOSE QUE L’ON AIME
vraiment chaque jour, même si cela ne doit pas durer longtemps.

20. TROUVER QUELQUE CHOSE À FAIRE
pour son quartier, son village, et le faire vraiment.

Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Comment-assainir-nos-relations_imagePanoramique500_220

Comment assainir nos relations ?

Certaines relations sont toxiques. Quels eff ets ont-elles sur notre corps et sur notre esprit ? Pourquoi nous laissons-nous empoisonner ? Apprenons à les repérer pour mieux nous décontaminer et retrouver une bonne énergie avec les autres.

Flavia Mazelin-Salvin

«Je m’en veux encore de lui avoir laissé tout ce pouvoir sur moi ! » lâche Jules, 34 ans, avec une amertume qu’il n’arrive pas à dissimuler. « Lui », c’est Alex, l’un de ses « ex-meilleurs potes ». Ils ont tout partagé, dans l’insouciance et la générosité. Du moins, c’est ce que croyait Jules. Avec le temps, et grâce au regard de sa compagne, il s’est enfin vu tel qu’il était : le fidèle faire-valoir d’Alex. « Je ne me rendais pas compte qu’avec ses vannes il faisait tout pour briller sur mon dos. C’était Alex l’intello versus Jules le gentil sportif pas très futé. J’en avais même oublié que j’ai obtenu mon master de droit avec de meilleures notes que lui ! Le point final a été la naissance de mon fils, il m’a envoyé un vague SMS de félicitations, et c’est tout. Lui n’arrivait pas à avoir d’enfant… J’ai fini par comprendre que ce que je prenais pour de l’amitié n’était en réalité qu’une relation de pouvoir. »

Le pouvoir est, en effet, selon les psys, le vrai moteur de la relation toxique. Avoir de l’emprise sur l’autre, le manipuler pour satisfaire ses besoins narcissiques et affectifs, par la séduction, par l’émotion ou par la peur. Souvent en laminant au passage l’estime de soi. Avec notre consentement, ou tout au moins notre passivité, et c’est ce qui fait le plus mal finalement. « Pourquoi n’ai-je rien vu ? », telle est en effet la première question que l’on se pose, même si l’on se doute bien qu’il n’existe pas une réponse simple à une interrogation aussi complexe.

Identifier le poison

Pour la psychanalyse, les relations humaines sont guidées par le besoin et mues en grande partie par l’inconscient, ce qui explique que leur moteur profond nous échappe. « Au départ, toutes sont névrotiques : deux être se reconnaissent car ils devinent qu’ils vont trouver chez l’autre ce qu’ils recherchent pour apaiser leurs désirs, leurs manques, leurs peurs, avance Thierry Janssen, médecin spécialisé dans les liens psychocorporels. C’est ainsi que naît l’attachement. Il faudra du temps pour transformer ce lien névrotique en relation mature, respectueuse des intérêts et des limites de chacun. » Sauf que, parfois, comme le chantait Georges Brassens, le temps ne fait rien à l’affaire. Si nous restons pris dans des relations toxiques, sans pouvoir les identifier comme telles, c’est parce que quelque chose en nous rejoue une partition du passé. « L’inconscient recherche ce qu’il connaît, il ne s’aventure pas en terrain inconnu, explique Isabel Korolitski, psychanalyste. Une première attache maltraitante non identifiée et non soignée en appelle d’autres. » La psychanalyste rappelle que ce n’est jamais par hasard que l’on noue des liens avec une personne qui va nous dominer, nous manipuler ou nous envahir.

Dans son livre Parents toxiques, la psychothérapeute américaine Susan Forward recense un certain nombre de parents au comportement « dysfonctionnel ». La manipulation, l’imprévisibilité, l’alcoolisme, les violences physiques et psychiques, l’immaturité, les parents trop parfaits… sont quelques-uns des poisons qui contaminent le psychisme de l’enfant, et qui conditionnent son fonctionnement relationnel et affectif futur. Lorsqu’on lui demande qui dans sa famille pourrait lui rappeler Alex, Jules évoque « un père autodidacte, brillant mais arrogant, qui écrasait tout le monde de son mépris »… Petites piques régulières, chantage affectif voilé, sans oublier les conseils permanents sur l’air de « c’est pour ton bien… », la relation poison se caractérise par la multiplicité de ses formes. C’est ce qui la rend difficile à identifier rapidement. Mais ce n’est pas tout. « Elle comporte également une forte composante addictive, souligne le psychiatre François-Xavier Poudat, car si on n’était pas pris affectivement ou psychiquement dans ses filets, non seulement on romprait le lien, mais on n’y retournerait pas ! Comme tous les produits toxiques, elle fournit des gratifications. Du plaisir, une forme de sécurité, une certaine reconnaissance. »

Décoder les messages corporels

Laura, 39 ans, se souvient avec malaise de sa première employeuse. « Elle m’a appris toutes les ficelles du métier d’expert-comptable, mais, au bout de quatre ans, j’étais une sorte de majeure sous tutelle, je n’osais prendre aucune initiative sans son aval, je me dépensais comme une folle à longueur de temps. En la quittant, je me suis rendu compte que je pensais plus à elle qu’à mon homme ou à moi ! » Pour le psychothérapeute Thomas d’Ansembourg, les relations malsaines, quelles que soient leurs formes, occasionnent toujours in fine trois types de déperdition : « Déperdition de l’autonomie, de la vitalité et de la confiance en soi. » Si une relation saine se caractérise par une sensation de légèreté, de liberté, de confort ou de sécurité, la version toxique se distingue, selon Béatrice Millêtre, psychologue, par une forme d’envahissement et d’inconfort. Elle génère toujours du stress, que l’on en ait conscience ou pas.

« Tout ce qui affecte l’esprit, même inconsciemment, affecte le corps, rappelle Anne-Marie Filliozat, psychanalyste spécialisée dans le domaine de la psychosomatique. Quand nous sommes pris dans une histoire toxique, il réagit : nervosité, contractions musculaires, fatigue, cela peut même affecter le sommeil et l’appétit. Si l’on est à l’écoute de son corps, on reçoit forcément ses messages ou ses avertissements. » Et Thierry Janssen d’ajouter : « La relation malsaine crée des tensions psychologiques et émotionnelles qui agressent et fatiguent l’organisme. Quand elle est régulière, le stress qu’elle engendre, même inconsciemment, devient chronique, ainsi que ses conséquences. » Nous en avons tous fait l’expérience : certaines présences nous apaisent ou nous dynamisent, nous font rire ou réfléchir, tandis que d’autres nous dévitalisent, nous pèsent ou font chuter notre moral. Ces cas de figure passent tous par des manifestations corporelles. Encore faut-il leur prêter attention. Lorsqu’une relation produit toujours le même type de réactions physiques négatives, elle est évidemment à interroger.

Gaëlle, 32 ans, s’est rendu compte il y a peu qu’elle ressortait épuisée des conversations avec sa mère. « Un soir, à mon cours de yoga, ma prof m’a demandé ce que j’avais fait pour être si nouée, et là, j’ai réalisé que ma mère, avec sa susceptibilité maladive, me tyrannisait depuis des années. Dès que je lui parlais, j’étais tellement sur le qui-vive que je me crispais de la tête aux pieds. Je remercie encore ma prof pour cette prise de conscience. Je me demande encore pourquoi je n’ai pas décodé la situation plus tôt. » « Tous ces “bobos” ne sont que les cris d’un corps qui exprime les souff rances de l’âme », insiste Thierry Janssen.

Prendre de la distance

Les thérapeutes sont unanimes : il n’existe pas d’antidote tout prêt pour se décontaminer. « Simplement parce qu’il ne s’agit pas de neutraliser une personne toxique, mais de se désengager du lien toxique, précise Thomas d’Ansembourg. C’est ce qui fait la différence entre une position infantile, qui consisterait à faire porter “au méchant” tout le poids de la faute, et une position adulte, qui consiste à prendre sa part de responsabilité. » La difficulté découle du fait que « l’ampleur de la toxicité vient avec le temps, avec la fréquence des relations et l’intimité qui s’installe, remarque Béatrice Millêtre. Plus le temps passe, plus on devient lucide, mais plus les choses deviennent difficiles à dénouer ».

La psychologue identifie trois comportements qui peuvent empêcher de sortir de la relation toxique. La passivité (avec le temps, cela s’arrangera) ; la peur de perdre le lien (que ce soit un lien social, professionnel ou affectif) et d’en subir les conséquences ; et la peur de faire du mal (je peux prendre sur moi, après tout, ce n’est pas si grave). « Il faut d’abord prendre conscience de ce qui se joue ou se rejoue dans la relation, puis réussir à prendre de la distance », ajoute Béatrice Millêtre. Évaluer sa responsabilité, faire le point sur ses besoins, les exprimer, poser ses limites ou rompre quand la prise de distance ne suffit pas sont autant d’étapes clés sur le chemin de la décontamination. Selon François-Xavier Poudat, renforcer son autonomie affective et matérielle est aussi une façon d’offrir moins de prise aux empoisonneurs. Mieux nous saurons nous traiter, nous écouter et satisfaire nos besoins fondamentaux, moins nous serons « contaminables ».

Exercice : Faire de son corps un allié

« Notre corps nous parle, mais nous ne savons pas toujours l’écouter », constate la psychanalyste Anne-Marie Filliozat. Dans l’exercice qui suit, il s’agit de repérer la relation toxique et d’amorcer un début de prise de distance consciente.

Allongez-vous ou asseyez-vous dans une pièce calme.

Fermez les yeux, relâchez vos muscles et respirez profondément par le nez.

Installez-vous dans la détente et le bien-être.

Visualisez la personne qui vous met parfois en colère, vous envahit, vous critique…

Visualisez votre dernier échange avec elle. Que ressentez-vous dans votre corps? Quelles émotions remontent à la surface?

Visualisez-vous à présent en train de lui dire vos besoins et de poser vos limites.

Portez votre attention sur ce que vous ressentez quand vous prenez de la distance.


Source: Psychologie.com


_________________
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Untitl10
Pema Gyaltshen
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7646
Zodiaque : Cancer Âge : 65
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Arts
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Pema Gyaltshen le Mar 11 Mai 2010, 09:21

Que du bon sens en ce qui concerne notre alimentation.

Quand aux "relations toxiques" des psy, ils finiront par rejoindre le Bouddhisme si ils ajoutent l'amour et la compassion.


_________________
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Benzar10
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Pema_g10
lardi001
lardi001
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 24
Zodiaque : Sagittaire Âge : 69
Contrée : Belgique - Namur
Arts & métiers : Administratif
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Tigre
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Ouvert
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 20/09/2009

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par lardi001 le Mer 12 Mai 2010, 01:52

J'apprécie vraiment cet article, le ressentant très fort en moi. C'est vrai qu'il ne parle pas d'amour ou de compassion. Mais avant cela, comme je le ressens! Pas à pas, la construction juste de soi doit se poursuivre, et les informations relevées dans cet article, sont un premier pas. Relations toxiques, amour et compassion sont à harmoniser, les derniers paragraphes indiquent un départ de chemin de résolution. Merci pour cet article.
Karma Döndrup Tsetso
Karma Döndrup Tsetso
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 3503
Zodiaque : Verseau Âge : 61
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : fonctionnaire
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, spiritualité, nature, musique, lecture, net, photo
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 20/04/2009

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Karma Döndrup Tsetso le Mer 12 Mai 2010, 08:19

Que du bon sens, en effet..si simple et si complexe à mettre en pratique, malheureusement...Pour vivre personnellement une relation toxique au bureau, je peux confirmer que le bouddhisme m'a fortement aidé à voir les gens et le quotidien parfois si stressant, tout-à-fait différemment!
Belle journée à vous tous!


_________________
"On peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant." Bouddha
Vanessa
Vanessa
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 26
Zodiaque : Gémeaux Âge : 37
Contrée : île de la Réunion
Arts & métiers : Préparatrice en Pharmacie
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Decouverte, encore et toujours...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 10/02/2010

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Vanessa le Mer 12 Mai 2010, 18:07

c'est incroyable comme cet je ressens la position de l'auteur de ce texte étant moi même confrontée à ce genre d'interrogation quotidiennement au travail.

En effet, les personnes qui viennent à la pharmacie cherchent à aller mieux ou elles souhaitent prévenir la maladie.

Dans les 2 cas, je me retrouve confrontée au même dilemme:

1er cas: ce que je vais lui proposer fonctionnera à coup sur dans l'instant (maux de gorge --> pastille anesthesique, nez qui coule --> pulvérisation de cortisone...) mais c'est comme la nourriture car j'ai faim et ce que je vais manger apaisera ma faim (pomme de terre --> me rempli bien l'estomac) mais pas une bonne couverture de mes réels besoins energétiques et préservant l'integrite (trop de sucre, pastilles bourrées de chimie et que les gens prennent pour des bonbons aussi mauvais que des bonbons d'ailleurs, pulvérisations faites à des bebes qui pourrraient soigner un ecoulement du a une poussee dentaire avec du serum pysiologique et qui sensibiliseraient moins les muqueuses nasales...)

2eme cas: un remède homéopathique pour les maux de gorge et des conseils diététiques, d'hygiène de vie, de compléments nécessaires à un bon équilibre alimentaire...

Le 2ème cas étant celui d'une vie plus saine mais cela demande du temps et une prise de conscience de la personne qui nous écoute, ce n'est malheureusement pas souvent le cas et souvent le manque de temps à accorder me fait alors adopter la solution rapide, efficace sur le court terme (pas toujours...).
Mais c'est aussi quand les gens sont réceptifs que je me pose aussi des questions: la baie de goji est formidables, les acides aminés hydrolysés apportent un vrais plus au végétariens qui ne connaissent pas toutes les plantes pouvant apporter a.a. (car la spiruline reste un apport bien peu assimilé...)...
Est ce bon pour la santé? oui les études le montre!
Et dans le temps les effets? on a pas encore assez de recul (pour le goji depuis des millénaires ca c'est bon!! mais pour les molécules d'ibuprofène qu'on fait avaler aux bébés pour la fièvre aberrant...)
Produit bio? c'est la mode mais on a tous été lavé avec des produits Klorane plein de parabene étant bébés c'est pas pour autant qu'on est malade (dixit le commercial), et la fertilité qui baisse chez les hommes aucun lien peut être, les organes reproducteurs en ont été gracieusement badigeonnés (rentre en compte aussi l'alimentation, les pesticides et tout...)

Enfin bon je m'égare un peu mais d'un côté une société qui fait consommer toujours plus du tout et du n'importe quoi:
à tiens d'ailleurs figurez vous que sur l'île de la Réunion je me bât pour essayer de trouver des petits gervais NATURE! je trouve aux colorants, nature au sucre ( j'adore cette appellation!!) et pour les bébés c'est tout ce qu'on propose (pour prendre de bonnes habitudes gustatives et ne plus s'en défaire plus grand)

Pour en revenir à l'article il faut je pense faire constamment des choix et quitte à éviter le pire autant éviter aussi le moins pire...

Une vie saine doit être une vie réfléchie et qui sait ce qu'elle en attend:
le bien être, le bonheur
quitte à faire des erreurs, la pensée qui nous y a amené était positive
et si j'ai mangé une banane pleine de pesticides comment pouvais je le savoir? j'ai nourrit mes cellules...
Karma Trindal
Karma Trindal
Fondatrice
Fondatrice

Féminin
Nombre de messages : 7080
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Singe
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Karma Trindal le Mer 12 Mai 2010, 19:57

Merci pour ce témoignage, Vanessa! Smile


_________________
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine Untitl10
Vanessa
Vanessa
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 26
Zodiaque : Gémeaux Âge : 37
Contrée : île de la Réunion
Arts & métiers : Préparatrice en Pharmacie
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Decouverte, encore et toujours...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 10/02/2010

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Vanessa le Mer 12 Mai 2010, 20:12

c'est moi qui vous remercie pour le bonheur que vous apportez à mes lectures et ... à ma vie
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine 229794
brackardej
brackardej
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1502
Zodiaque : Scorpion Âge : 65
Contrée : LOTHLORIEN (Terre du milieu)
Arts & métiers : magasinier
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : randonnée, bicyclette, forêts , dialoguer avec mon chat , regarder la neige tomber ...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/12/2007

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par brackardej le Mer 12 Mai 2010, 22:16

J'ai pas tout lu l'article ( long ) ; Mais les premiers propos m'ont plu...
Déjà une immense découverte : Il semblerait que le plaisir soit une bonne chose pour le cerveau...( ça alors !!! ) et que les modes nutritionelles
( entre autres ) imposées par des diktats issus de la dictature culpabilisante de l' écolo-macrobio-verdatro-new âge concourent à nous rendre tristes , pénibles et pesamment peine-à-jouir dans tous les endroits où l'on est censé s'amuser...
Triste monde que celui où les agapes sont bannies et où les zélateurs de l'insipide et les castrateurs de la jouissance imposent leur loi ! Epicure...Au secours ! Reviens vite !
Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine 369776


_________________
Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes.
Jules Renard

" La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. "
Frédéric Dard
Yeshé Kunga
Yeshé Kunga
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 451
Zodiaque : Balance Âge : 67
Contrée : France
Arts & métiers : Traducteur
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Dragon
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : quel esprit ?
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 26/01/2010

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Yeshé Kunga le Mer 12 Mai 2010, 22:37

Sage Epicure, très sage...

Contenu sponsorisé

Titre-sujet Re: Ethique de vie: Les clés d'une vie plus saine

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 26 Mai 2020, 18:50